THE BLACK DAHLIA MURDER
Plus d'infos sur THE BLACK DAHLIA MURDER
Melodic Death Metal
Chroniques

Nightbringers
Anibal BERITH
Journaliste

THE BLACK DAHLIA MURDER

«TBDM signe une nouvelle fois un très bon disque au résultat impressionnant malgré sa courte durée»

9 titres
Melodic Death Metal
Durée: 33 mn
Sortie le 06/10/2017
10340 vues
Les américains TBDM, originaires de Detroit (Michigan) ne traînent jamais trop longtemps pour pondre une galette; avec une moyenne de deux ans entre chacune d'elles, voici logiquement débouler leur huitième album studio ''Nightbringers''.
Moins complexe que le précédent méfait ''Abysmal'', cette galette n'en est pas moins efficace et on regrette même qu'elle soit si courte. Avec 9 titres et 33 minutes, c'est un peu léger vu le format actuel si bien qu'un titre de plus aurait été le bienvenu!

Démarrant par une intro Sci-Fi inquiétante avec 'Widowmaker', l'album est globalement direct et incisif avec comme priorité la mélodie. Le groupe évolue dans un death metal / deathcore mélodique avec une excellente maîtrise de l'alternance du chant du frontman Trevor Strnad qui passe aisément du growl au scream sans sourciller. La technique est tellement bien maîtrisée que l'on a l'impression d'avoir deux chanteurs et c'est d'ailleurs la marque de fabrique du quintet.

Les morceaux ont donc tous la même structure incluant une intro mettant en place l'univers du titre, une alternance du chant, une variété du rythme oscillant entre un mid tempo plus ou moins soutenu et des blast beats, le tout temporisé par des solis assez heavy et techniques. Cependant la force de cet album réside dans le fait qu'aucun titre ne se ressemble, chacun évoluant dans une sphère bien à lui avec par exemple un côté plus mélancolique pour 'Widowmaker' inspiré par le passage puissant à mi parcours. Ou encore des titres bien plus directs où la notion d'intro a été rejetée à l'unisson comme pour les brutaux 'Of God and Serpent, of Spectre and Snake', 'Jars' et 'Catacomb Hecatomb'. C'est sans transition, sans demi-mesure, sans concession, trois titres d'un peu plus de 3 minutes pour défourailler les tympans des auditeurs! Le premier d'entre eux est dense incluant un passage plus sombre pour débouler sur un solo tech parfaitement maîtrisé; cependant, le plus impressionnant réside en la prouesse technique remarquable de Trevor par la vitesse du débit de son chant. Les deux autres offrent la même intensité avec encore moins de répit pour le second et un plan plus deathcore pour le dernier.

Le reste de l'album est dans cette lignée avec des titres plus structurés qui prennent le temps de se positionner avec des intro plus tempérées ('Matriarch') même si globalement ça reste énergique. C'est plus varié, incluant même des plans heavy voire groove ('Nightbringers') avec un jeu de basse plus présent et mieux mis en valeur dans la prod'. Ce titre est d'ailleurs très intéressant puisqu'il glisse petit à petit vers quelque chose de sombre où le chant de Trevor se fait plus caverneux, seul passage du disque où le frontman s'aventure sur ce territoire vocal.

La fin de l'album explore d'autres ambiances avec notamment celle du film d'horreur par la mélodie créée pour 'Kings of the Nightworld'. Le riff en est angoissant par son côté à la fois joyeux et terrifiant comme si on s'aventurait dans un manège dont l'issue serait fatale (allusion faite à la fête foraine dans ''Chair de Poule''). Ce côté inquiétant qui sera réitéré un peu plus loin sur la galette avec l'avant dernier morceau 'As Good as Dead' dont la rythmique tend vers du heavy même si le chant reste plutôt screamé ici.

Le final est en revanche totalement déroutant et à contre courant du reste de l'album avec 'The Lonely Deceased' qui offre une ambiance très épique! La mélodie se cale sur un riff puissant laissant passer quelques plans heavy et enchaînant soli sur soli avec même un court passage acoustique. Le titre le plus long du disque dans une ambiance guerrière conquérante sur fond de mid tempo très soutenue, c'est la guerre!

TBDM signe une nouvelle fois un très bon disque et arrive à maintenir un rythme très soutenu dans sa discographie. C'est un résultat impressionnant à la vue du rythme des tournées du groupe. Même si ''Nightbringers'' reste un peu court, il n'en demeure pas moins efficace et bien produit. On sent que le quintet n'a pas réalisé cette galette à la ''va vite'' et ce dernier offre un panel de son savoir faire sur 9 titres parfaitement aboutis. Continuez ainsi et vivement que la tournée passe par la France!

Anibal Berith