Niets En Niemendal
Antares Bauglir
Journaliste

MESLAMTAEA

«''Niets En Niemendal'' de Meslamtaea est un album complexe qui nécessite un certain investissement de la part de l'auditeur. Néanmoins, le monde riche et nébuleux des néerlandais mérite que l'on s'y attarde.»

7 titres
Black Metal
Durée: 38 mn
Sortie le 04/02/2019
304 vues

Meslamtaea est un groupe néerlandais dont la cover de leur nouvel album, ''Niets En Niemendal'' (sorti chez Heidens Hart Records) ne trompe pas : il est un concept à lui tout seul. En effet, la pochette est bien loin des concepts typiques (et un peu clichés) du Black Metal, à savoir un logo très travaillé et imagerie se rapportant à la mort, à la nature ou à la religion. Ici, nous voyons une oeuvre de Maya Kurkhuli (Cultus, Blackdeath), représentant une petite fille affublée d'un masque à gaz, jouant avec une vieille boite à musique cassée, dans un paysage post-apocalyptique rempli de fumée nocive, de cheminées et de containers de déchets radioactifs. Et c'est précisément le propos de Meslamtaea : aller chercher des influences partout pour créer un concept bien à lui.

Mais revenons au groupe. Formé en 1998, il possède un premier album à son actif, ''New Era'', sorti en 2005 chez Eisenwald et divers splits, notamment avec Cultus et Asgrauw. Deux musiciens se cachent derrière le groupe : Floris, compositeur et musicien, gérant absolument tous les instruments ainsi que le chant et Ward, également au chant. Meslamtaea est un groupe se revendiquant comme ''non-orthodoxe'' et situé dans une veine avant-garde, avec pour inspiration Ulver, Alcest et Mournfull Congregation.

Pour ne rien vous cacher, cet album est complexe et il vous faudra peut-être plusieurs écoutes avant d'entrer dans l'univers de Meslamtaea. Imaginez un monde post-apocalyptique ou tous les êtres vivants sont destinés à périr et ont conscience de cette issue fatale, tout en sachant aussi que l'Homme en est l'unique responsable. Un thème résolument contemporain qui fait écho à notre société actuelle. Ici, pas d'ambiances musclées à la Mad Max, mais plutôt la conscience d'un déclin impossible à stopper.
Cela se traduit dans la musique de Meslamtaea par une base très black, voire post-black assez mélodique avec des guitares stridentes bien présentes, des blast beats à la batterie et quelques tremolo pickings. 'Neonschemering', qui ouvre cet album ainsi que 'Slapende Stad' en sont de bons exemples et sont relativement classiques dans leur style et leur exécution. Les titres sont souvent entrecoupés de passages plus calmes, presque blackgaze et très atmosphériques, permettant d'apporter un côté mélodique ('Slapende Stad', 'Weer Een Dag' et ses passages à l'ambiance très blackgaze Alcestienne). De véritable respirations qui permettent de pondérer correctement l'album, sans pour autant que les pistes se ressemblent.
Les arpèges sont également très présents, qu'ils soient électriques sur 'Neonschemering', 'Weer Een Dag' ou en son clair sur 'Afgrond', en début de 'Niemandsland' et sur 'Leegte'.
Un autre détail important dans la musique de Meslamtaea est l'utilisation de sons électroniques, presque darkwave, que l'on retrouve souvent à travers les morceaux, soit de manière sporadique ('Leegte', 'Afgrond') ou sur toute la durée du morceau, tel que sur 'Vervreemdingszone' qui vient clore l'album avec le bruit d'une horloge, menaçant l'espèce humaine de connaitre un destin similaire à celui qui est conté tout le long de ces sept titres.
Enfin, le chant est lui aussi très protéiforme : souvent hurlé à la manière post-black, parfois parlé ('Afgrond'), de temps en temps scandé ('Veer Een Dag') ou encore crié ('Niemandsland').
Tous ces éléments se retrouvent au fil de ces sept tires, que ce soit avec parcimonie ou bien tout le long, criant donc toute la personnalité voulue par le groupe.

''Niets En Niemendal'' est un album complexe, très alambiqué et très vaste, ou une seule écoute ne vous permettra (peut-être) pas d'appréhender et d'apprécier l'univers vaste et original de Meslamtaea. Chaque titre est un ensemble bien particulier qui ne ressemble pas au suivant avec une ambiance distincte, tantôt très pessimiste, tantôt menaçante, tantôt nostalgique, mais dont l'ajout de sons électroniques et d'arpèges mélodiques permet de cerner la beauté. Néanmoins, bien que peu facile d'accès, cette galette mérite que l'on s'y attarde, ne serait-ce que pour la succession d'ambiances ciselées à la perfection, mais aussi pour le concept total et entier, qui se retrouve jusque sur la sublime pochette de l'album.

MESLAMTAEA
Plus d'infos sur MESLAMTAEA
Black Metal