NECROWRETCH
Plus d'infos sur NECROWRETCH
Death/Black Metal

Swords of Dajjal
Julien Pingenot
Journaliste

NECROWRETCH

«Avec "Swords of Dajjal", Necrowretch signe un album juste incroyable de bout en bout !»

8 titres
Death/Black Metal
Durée: 37 mn
Sortie le 02/02/2024
672 vues

La horde impie Necrowretch fait son grand retour quatre ans après "The Ones from Hell". Ce cinquième blasphème se prénomme "Swords of Dajjal". Pour la faire courte, Necrowretch émerge de la Drôme en 2008 avec qu'une seule idée, nous arracher la tête avec son black/death ultra efficace et blasphématoire.
Pour ce cinquième blasphème, la horde apporte à ses thèmes de prédilection une thématique et imagerie orientale. En effet, tout du long de cet album, nous est présenté un panthéon de divinité impies berbères ("Dii Mauri"), iranienne ("Daeva) ou bien plus largement issues de l'Islam comme Dajjal, équivalent de l'Antéchrist ("Swords of Dajjal"). D'ailleurs, c'est Dajjal arborant son épée qui est représenté sur la magnifique pochette signée Stefan Tanneur (aka Manifest).

Necrowretch est un nom déjà bien connu et respecté dans la scène grâce à ses précédents efforts et avec ce cinquième opus cette notoriété ne va qu'accroître ! Je désamorce tout de suite, "Swords of Dajjal" est un très grand album et le meilleur Necrowretch !

Ce brûlot de moins de quarante minutes est un plaisir de tout instant ! C'est simple, on ne s'ennuie jamais de la première note de "Ksar Al-Kufar" jusqu'à la dernière de "Total Obliteration". L'album est un rouleau compresseur total ne laissant rien ni personne sur son passage. Chaque morceau dégouline de géniales idées de composition, les morceaux sont d'une intensité folle, et le chant est complètement possédé. D'ailleurs, j'adore quand le chant ne se cantonne pas simplement à un chant black assez conventionnel mais laisse par moment une rage plus spontanée et incontrôlable nous explose aux oreilles. En découle une folie et méchanceté beaucoup palpable et Necrowretch le fait à merveille sur "Swords of Dajjal" avec les incroyables morceaux "The Fifth Door" ou "Total Obliteration", ce "L'empire de la mort" scandé à tout rompre, quel moment épique !

Mais cette furie est aussi et surtout palpable musicalement. Tout du long, nous sommes assommés de riffs acérés, de breaks assassins ou de malicieux solos. C'est un plaisir de tout instant, cela fait deux mois que j'ai reçu l'album et encore aujourd'hui, j'écoute l'album avec autant de plaisir et entrain que mes premières écoutes et il est sûr que l'album m'accompagnera tout du long de cette année. Le groupe est plus inspiré que jamais et cela se ressent tellement, il n'y a aucun morceau plus faible qu'un autre, c'est une claque constante. Niveau riff, il y a de quoi être rassasié pour longtemps, si je devais en choisir, certains de mes riffs préférés sont sur "The Fifth Door", "Dii Mauri", "Swords of Dajjal", "Vae Victis" mais c'est tellement une explosion créative de tout instant qu'il m'est impossible de choisir. En plus de ça, ce n'est pas que du riff qui fonce à toute berzingue, Necrowretch sait installer une atmosphère oppressante et démoniaque quand il le veut. Le fantastique morceau instrumental "Daeva" en est un superbe exemple.

Et puis faisons un rapide point sur le mix de l'album qui est juste incroyable. Sur les albums précédents, on était sur un mix typique du style, assez raw et plutôt avec un son clair dans son ensemble. Sur "Swords of Dajjal", c'est un tout autre niveau, le mix est d'une puissance affolante ! La différence est vraiment flagrante, on a toujours ce son hargneux et agressif aux premiers abords mais il y a une rondeur et chaleur que l'on avait pas avant qui ajoute une véritable plus-value.

Bon, comment résumer ? Je vais être concis, Necrowretch a sorti son meilleur album à ce jour et un des tout meilleurs albums de ce début d'année 2024. Personnellement, il va être dur à surpasser tant il y a d'âme dans ce fantastique "Swords of Dajjal".