ANTROPOMORPHIA
Plus d'infos sur ANTROPOMORPHIA
Death Metal
Chroniques

Necromantic love songs
United Rock Nations

ANTROPOMORPHIA

11 titres
Death Metal
Durée: 42 mn
Sortie le 12/02/2016
4259 vues
Formé en 1989 sur les cendres de DETHRONED EMPIRE, ANTROPOMORPHIA a vu le jour en 1990 et produira 2 démos, 1 EP et 1 album 'Pure' sorti en 1998. Le groupe originaire des Pays-Bas joue un Death Metal old school dont les thèmes véhiculés tournent autour de la mort, du gore, de la perversion et de la nécrophilie. Le combo splittera en 1999 pour renaître 10 ans plus tard. Afin de se remettre en selle et de se refaire connaître du public, les hollandais ressortiront la démo de 1992 intitulée 'Bowel Mutilation' et l'EP de 1993 nomme 'Necromantic Love Songs' sous la forme d'une compilation en réunissant ainsi les 11 titres que composent ces 2 productions. Par la suite, sera réalisé 2 albums en 2012 et 2014 : 'Evangelivm Nekromantia' et 'Rites Ov Perversion'.

Nous allons nous intéresser à la compil' aujourd'hui puisqu'elle a été rééditée en 2015 chez Metal Blade Records. Aucune modification par rapport à l'origine excepté l'artwork légèrement relooké et estampillé du « 15 ». Rien de bien nouveau que l'on ne connaisse déjà mais cela aura au moins l'efficacité de faire découvrir ou redécouvrir ce quatuor composé de Ferry Damen au chant et à la guitare, de Jos Van Den Brand à la guitare, de Marc Van Stiphout à la basse et de Marco Stabb à la batterie.

La compil' démarre par l'EP sorti en 1993 reprenant l'ordre exact des compos qui sont au nombre de 6. Ce qui surprend au 1er abord, c'est la qualité de chacune des réalisation tant artistique que sonore et encore plus la variété des morceaux et le changement d'ambiance et de rythme de façon incessante. Quand on écoute ANTROPOMORPHIA, il est clair que l'on s'ennuie pas ! Les hollandais commencent la galette sous un faux air de romantisme un peu glauque par l'intro de 'Crack The Casket' pour faire référence au titre du EP dont le titre est repris ici pour la compil'. Rapidement (1'35''), le quatuor va entrer dans la brutalité sonore alternant mid tempo et blast beat comme sur le reste des titres et dans la monstruosité avec des death growls particulièrement grave et affreux créant une ambiance malsaine qui planera sur les 11 titres.

Une mention toute spéciale au jeu du bassiste tout simplement grandiose et dont le son est bien mis en avant à la production. On le remarque particulièrement sur l'intro de 'The Carnal Pit' qui s'ensuivra par une mélodie dissonante et funeste ; par le solo endiablé sur 'Birth Through Dead' au tempo punk et enfin sur 'Chunks Of Meat' où Marc se cale sur la rythmique de la guitare aux influences mélodiques du très bon 'Human' de DEATH. Cette 1ère partie se clôturera par 'Rotted Flesh' aux riffs dissonants et à l'ambiance sombre et par l'outro au titre éponyme purement instrumentale, jouée en acoustique et tout aussi glauque.

Sans transition cette réédition enchaine avec l'intro de la démo de 92, 'Bowel Mutilation'. C'est un peu déroutant car on entre dans un univers totalement différent et sur une oeuvre légèrement plus ancienne. L'intro est symphonique délivrée par un orchestre philharmonique d'une puissance remarquable s'étalant sur 1'16'' et laissant place au titre éponyme et à la monstruosité en totale contradiction avec ce que nous venons d'écouter ! Il est à noter que l'inspiration ici vient d' OBITUARY dans le son des guitares si spécifiques et l'ambiance lourde qui leur est si chère. Il en sera de même pour la piste suivante 'Splattered Remains' qui laissera place à un solo larséné dérangeant. 'Rotted Flesh' est plus guerrier. Les riffs sont rapides, incisifs, la basse lourde, les growls affreux tout comme le dernier titre de la galette 'The Carnal Pit' (oui le même que la piste 2 de l'EP de 93) plus lourd, plus sombre que la version 93 et 40 secondes plus longs.

Une bonne idée que de remettre cette compilation au goût du jour dont les morceaux ont plus de 20 ans. ANTROPOMORPHIA montre qu'ils avaient quelques longueurs d'avance dans leur death metal associant monstruosité et mélodie avec talent.

Anibal Berith