NECROBLASPHEME
Plus d'infos sur NECROBLASPHEME
Death Metal (early), Atmospheric Death/Black Metal (later)

Belleville
Anibal BERITH
Journaliste

NECROBLASPHEME

10 titres
Death Metal (early), Atmospheric Death/Black Metal (later)
Durée: 40 mn
Sortie le 14/09/2015
3796 vues
Quand j'ai reçu le kitpress de NECROBLASPHEME, je ne vous cache pas que je n'avais aucune connaissance de ce groupe. De part leur nom, je m'attendais à écouter du black métal scandinave. Que nenni, NECROBLASPHEME est un groupe de Death Metal bien français, de Paris plus précisément. Aux commandes, nous retrouvons Yann le chanteur suivi des guitaristes Lycher et Hugo, du bassiste Gauthier et du batteur Zoupa.

Le combo francilien n'en est pas à son coup d'essai puisque depuis sa création en 2001 sont sorties 2 démos (« Foetal Sodomy » en 2001 et « Behind The Line » en 2005), 2 albums (« Introducing Pure Violence » en 2002 et « Destination : Nulle Part » en 2009) et un EP précurseur du style adopté sur « Belleville » nommé « XXVI:The Deeper-The Better » en 2012. Aujourd'hui que le line-up est stable et que les frenchies ont trouvé leur style, que peut on attendre de ce dernier opus.

Tout d'abord, « Belleville » est très bien produit ; le son est très bon et l'on entend bien tous les instruments et particulièrement la basse (instrument auquel je suis très attaché en tant que passionné de musique Métal). Aucun instrument ne prend le dessus sur les autres ; de plus le chant vociféré et quelquefois chanté de Yann est toujours bien positionné.

Tout au long des 40 minutes de ce LP, on va se retrouver embarqué dans un univers musical déroutant tant le rythme et le style varient tout au long des 10 chapitres de cette galette. Les influences sont nombreuses avec pour ma part le constat suivant : un son de guitare à dominance Black Metal, une ligne de chant incontestablement Death avec quelques passages chantés et un style général stoner et mélodique.

Les titres s'enchainent et ne se ressemblent pas pouvant ainsi mêler agressivité et mélodie (« Rempart »), poésie et brutalité par l'interprétation du poème d'Emile GOUDEAU « Le Discours Du Bitume » paru dans le Tout-Paris du 6 juin 1880. Intermèdes spatiaux et relaxants (« How Did We Get There », « Hyperspace ») voir psychédéliques (« Freed ») instaurant ainsi quelques pauses dans le flot de violence musicale death tintés de riffs stoner (« Two Trees », « Waiting To Exhale »). Et des compos plus brutes telle que « The Grande Boars Haunting », d'autres agrémentées d'effets sonores et musicaux (« Gouffre ») et enfin un dernier titre hurlant et planant avec pour accompagner Yann, Thomas Noël de Bodie (« Such A Lot »).

Avec ce 3ème opus, NECROBLASPHEME impose incontestablement son style avec un Death Metal au style Stoner et aux influences Black et arrive à embarquer l'auditeur dans un univers brutalement enivrant et envoûtant.