EDGE OF FOREVER
Plus d'infos sur EDGE OF FOREVER
Heavy Metal/Hard Rock

Native Soul
Fred H
Journaliste

EDGE OF FOREVER

«Malgré une décennie d'absence musicale, Edge Of Forever revient en forme avec son « Native Soul » et son Hard Rock mélodique certes « classique » mais pas moins racé et agréable.»

11 titres
Heavy Metal/Hard Rock
Durée: 44'01 mn
Sortie le 12/12/2019
1151 vues
FRONTIERS MUSIC SRL
Depuis 2012 (en gros depuis qu'il a rejoint l'écurie/label Frontiers), on ne compte plus les projets et les participations auxquels le nom de Alessandro Del Vecchio est rattaché. Entre claviers, chant en lead ou backing, production, mix, mastering ou encore compositions, l'homme semble devenu quasi incontournable : Jørn, Revolution Saints, Place Vendome, Sunstorm, Mr. Big, L.A. Guns, Johnny Gioeli, Quiet Riot, Spirits of Fire, Hardline, … et la liste est encore longue.

En 2002, le lascar décidait de monter Edge Of Forever. Le 2 premières rondelles (« Feeding The Fire » en 2004 et « Let The Demon Rock'n Roll » l'année suivante), se firent avec Bob Harris (Axe, Frank Zappa) derrière le micro. Pour le troisième effort (« Another Paradise » paru en 2009), notre italien prenait la tête de la formation et devenait le vocaliste en titre. Dix piges ont passées et aux côtés d'Alessandro on trouve désormais le bassiste Nik Mazzucconi (Labyrinth), le guitariste Aldo Lonobile (Secret Sphere), et le batteur Marco Di Salvia (Hardline). Hormis le remaniement de line-up, les choses sont globalement restées intactes. Les fans apprécieront et tant pis pour celles et ceux qui espéraient quelques changements majeurs. Au programme, du bon Hard Rock énergique et surtout TRES mélodique (l'implacable 'Carry On').

Les codes du genre sont en tous points respectés : compos efficaces, couplets-refrains entraînants, interprétation impeccable et prod' équilibrée et léchée. Si on exclut l'ouvreur a capella ('Three Rivers') et la ballade tranquille ('Shine' et ses harmonies ciselées), les pistes se succèdent entre riff mordant ('War'), flirt avec le power metal ('Dying Sun') et légèreté explosive ('Wash Your Sins Away'). Pas grand-chose à reprocher dans ce déluge de superbes soli de gratte (l'AOR 'Promised Land', 'Take Your Time' en hommage à Marcel Jacob l'ami-producteur et surtout mentor d'Alessandro parti rejoindre les cieux en 2009). Les plus mélomanes noteront les accointances ici et là avec les aînés Rainbow et consorts. Se voulant profond et spirituel (la vie, la foi et l'amour pour la Terre nourricière), l'ensemble est positif et lumineux (le morceau éponyme). En tant que patron, vocaliste, zicos et maître ès console, Del Vecchio ne s'oublie évidemment pas (on est jamais mieux servi que par soi-même parait-il). Que ce soit son chant (un chouia technique) ou ses parties de claviers ('I Made Myself What I Am' et ses notes vintages, l'épique 'Ride With The Wind'), il fait le job comme on dit.

Malgré une décennie d'absence musicale, Edge Of Forever revient en forme avec son « Native Soul » et son Hard Rock mélodique certes « classique » mais pas moins racé et agréable.