MOTORJESUS
Plus d'infos sur MOTORJESUS
Heavy Metal/Stoner/Hard Rock

Race To Resurrection
Laurent Sage
Journaliste

MOTORJESUS

«Un album punchy à ne pas écouter sur les routes au risque de perdre des points !»

13 titres
Heavy Metal/Stoner/Hard Rock
Durée: 57 mn
Sortie le 15/06/2018
4568 vues
DRAKKAR ENTERTAINMENT
Les allemands reviennent aux affaires après leur dernier album ''Electric Révélation'', sorti en 2014 et qui les avait vus se positionner au top des formations heavy rock dans leur pays ( avec des participations au Summer Breeze et au Rock Hard Open Air entre autres).

Le groupe dont les influences sont DIO, ANTHRAX, PANTERA, SPIRITUAL BEGGARS et qui se définit comme un mix de metal, hard rock ''classique'' avec quelques touches de rock des nineties et de stoner nous délivre effectivement un album bourré de testostérone et sans concession. Il est clair qu'ils ne vendent pas leur âme pour un passage sur les radios commerciales.
L'album comporte treize petites bombes de ''heavy rock stoner'' : dès le premier morceau ''Tales from the Wrecking Ball'' et son intro très classique, le groupe nous montre de quel bois il se chauffe avec des guitares rageuses ( dans la veine d' AUDREY HORNE), un tempo rapide, un chant puissant et des parties de guitare ''maidennienes''.
''King Collider'', ''Re-Ignite'' sont dans la même veine : pas de chichis, on va droit au but, celui ci étant de vous faire headbanger. Sur ''Re-Ignite'', un pont à la basse très groovy vient lancer le solo.
''Casket Days'', un tribute au death metal en terme de paroles (avec une petite incursion au chant growl sur le morceau) et un solo à deux guitares ( PRIEST ''Mode on'').
''The Infernal'' prend lui une direction ''ALICE IN CHAINS'', une sorte d'hommage au groupe et au grunge, au sujet duquel le groupe déclare que ce n'est pas une mauvaise référence mais qu'il s'agit juste d'un point de départ pour une chanson. Rassurez vous, le morceau reste quand même très écoutable et oeuvre dans un style beaucoup plus hard que grunge. Quelques passages aux voix doublées, de la guitare accoustique, un solo en final tandis que le morceau se termine doucement.
''Burning Black'' vient out de suite après remettre les pendules à l'heure, on a bien affaire à un groupe de heavy rock. MOTORJESUS prouve que ce style de musique ne se joue pas uniquement dans les pays scandinaves ou aux USA. De gros riffs de guitare, un son brut et ce mélange de stoner /hard rock avec une voix puissante. On n'est pas dans le registre de chanteurs tels que Jeff SCOTT SOTO mais plus dans l'expression d'une rage, d'une colère ( parfois la voix de Chris BIRX me fait penser à celle de Chad KROEGER par ses intonations ).
''The Storm'' démarre à la guitare acoustique mais c'est pour mieux vous tromper : huit secondes après nous avons droit à un riff de power metal, une basse ''dansante'', un refrain à la double grosse caisse, des breaks à la Maiden, un pont à l'acoustique pour mieux lancer les parties de guitares que se partagent les (le) guitariste(s). Il n'est crédité qu'Andy PETERS sur l'album mais de nombreuses parties sont jouées à ''la double'' d'où mon interrogation.

Le reste de l'album est dans la même trempe, pas de chichis, de la sueur, de la bière, du Jägermeister ( citées dans leurs influences), du riff, du riff, de l'énergie et au final un album que l'on prend plaisir à écouter. Petit conseil : ne pas tenter l'écoute au volant de votre voiture; avec les nouvelles limitations de vitesse vous perdriez vite vos points !