Mixtape
Fred H
Journaliste

EMIL BULLS

«Goupillée sur les bases de titres rock pop revus à la sauce Nu metal, cette sorte de playlist qu'est « Mixtape » a globalement tout pour plaire. Emil Bulls prend certes peu de risque mais s'en sort honorablement. »

14 titres
Metal Rock Alternatif
Durée: 55'15 mn
Sortie le 24/05/2019
1461 vues

Après un « Kill Your Demons » (2017) bien reçu et deux tournées sold-out, les munichois de Emil Bulls sont de retour. Pour leur nouvel opus, nommé « Mixtape », le chanteur Christoph ''Christ'' von Freydorf, les gratteux Stephan Karl ''Moik'' et Andy Bock, le bassiste James ''Citnoh'' Richardson et le cogneur Fabian Füß ont choisis de revenir avec un album de … reprises. On le sait, ce type d'exercice est souvent périlleux. Suivant les cas, on a le droit à de pâles copies sans personnalité (hommage diront certains) ou à l'inverse à des versions tellement transformées qu'elles en sont à peine reconnaissables.

Dans le cas présent, nos teutons ont décidé de reprendre des morceaux qu'ils écoutaient lorsqu'ils étaient plus jeunes et qui les ont inspirés pour établir leur propre musique. Finalement, après un long process de sélection, la liste initiale de 300 titres envisagés (oups?!) a été réduite à 14 (merci à eux, vous imaginez la taille du coffret sinon). Bien que les titres retenus sont issus d'univers bien éloignés du Hard Rock, la prise de risque est toutefois mesurée. En effet, les chansons choisies sont plutôt connues dans leurs styles respectifs (comprendre ventes par wagons, récompenses à la pelle et/ou très bonnes places dans différents charts mondiaux). Rien d'étonnant donc qu'à l'écoute de cette rondelle, certaines mélodies ou paroles résonne(ro)nt dans les esprits des auditeurs.

Bref, les cinq gars ont passés tous ces tubes à la moulinette Nu metal. Le quintette revisite tour à tour le punk rocker Billy Idol ('Rebel Yell'), Placebo ('Every You Every Me'), The Killers ('Mr. Brightside'), MGMT alias The Management ('Kids') ou encore les Pixies ('Where Is My Mind ?', vous savez la scène de fin du cultissime film Fight Club). Nos lascars se frottent (ah les veinards) à l'electropopeuse américaine Billie Eilish ('You Should See Me In A Crown'), à l'islandaise d'origine italienne Emilíana Torrini ('Jungle Drum'), à la New-Yorkaise de Taylor Dayne ('Tell It to My Heart'), à Starship ('We Built This City') et même à Genesis (La satire sur le télévangélisme 'Jesus He Knows Me'). Le combo s'attaque aussi à des hits de rap pop (le duo Eminem feat. Ed Sheeran avec 'River') et de R'n'B (le 'Survivor' des Destiny's Child, 'The Hills' du canadien The Weeknd et 'Grenade' du Hawaïen Bruno Mars). Le résultat de tout cela est un mélange de riffs furieux et des sons électros qui viennent télescoper des parties plus tranquilles. Même si tout n'est pas inoubliable, dans l'ensemble, cela fonctionne plutôt bien. Le groupe semble s'être fait plaisir avec ces (ré)interprétations. Les germains y ont mis de leur patte sans dénaturer les oeuvres originales (aisément identifiables ici). La voix de von Freydorf est sans faille entre puissance, chant clair et phrasés énergiques.

Après le contenu, le contenant. Cette jaquette réalisée avec cette bonne vieille K7 audio (à l'évidence nous venons de perdre certains de nos lecteurs) ne rajeunira personne. Certains se souviennent encore de ce petit bout de plastique qu'il fallait insérer dans un Walkman (un quoi ?!), un magnétophone, une chaîne Hi-fi ou un radiocassette (il reste encore du monde ?) pour délecter nos cages à miel. Qui n'a pas démêlé ces spaghettis de bande magnétique marron qui se coinçaient parfois dans les 2 axes des dits appareils et que l'on devait rembobiner avec son stylo bille ? Tout une époque.

Goupillée sur les bases de titres rock pop revus à la sauce Nu metal, cette sorte de playlist qu'est « Mixtape » a globalement tout pour plaire. Emil Bulls prend certes peu de risque (on aurait aimé un peu plus de folies) mais s'en sort honorablement. Les fans vont apprécier tout comme les nostalgiques de l'autoreverse (là c'est sûr il n'y a plus personne à lire cette bafouille).

EMIL BULLS
Plus d'infos sur EMIL BULLS
Metal Rock Alternatif
Chroniques