MISOTHEIST
Plus d'infos sur MISOTHEIST
Black Metal

Misotheist
Beleth Ars Goetia
Journaliste

MISOTHEIST

«Un EP sauvage, maléfique, qui englouti l'auditeur pour ne plus jamais le libérer. Misotheist sort un excellent premier opus, qui aurait tout à fait sa place parmi les meilleurs albums de black de cette année 2018. Une véritable expérience !»

3 titres
Black Metal
Durée: 32 mn
Sortie le 30/11/2018
2068 vues
TERRATUR POSSESSIONS

Notre sujet d'aujourd'hui est entouré de mystères et nimbé d'une aura culte. Il s'agit du premier album d'un groupe nommé Misotheist, qui nous vient du beau pays qu'est la Norvège, connu pour ses fjords, ses snekkja et bien entendu pour ses belles églises de bois. Difficile de trouver des informations sur le groupe, qui partage son nom avec une autre formation américaine… Nous pouvons néanmoins dire que l'album éponyme qui est le sujet de notre chronique aujourd'hui sortira le 30 novembre chez Terratur Possessions.

Ce petit EP est composé de 3 titres d'une bonne dizaine de minutes chacun. Autant le dire tout de suite, cette pépite mérite que les amateurs du genre y jettent une oreille attentive. A la croisée du black traditionnel et du post, l'ambiance avale l'auditeur qui n'en ressort pas indemne.

L'EP s'ouvre sur 'Carriers Of Captivity' et l'on s'enfonce dans une boue noire et épaisse qui fini par nous engloutir tout entier. Les riffs sont nappés d'ombre et entretenu par une batterie rapide et destructrice. Mais ce qui saute aux oreilles, c'est le chant, parfois grave et parfois plus aigu, rappelant de temps en temps celui de Dagon d'Inquisition, mais enterré six pieds sous terre. C'est une véritable voix d'outre tombe, cadavérique, malsaine et en pleine décomposition. La rudesse de la musique de ce premier titre est parfois entrecoupé de passages plus calmes, mais si dissonants qu'ils en deviennent dérangeant (au niveau des sensations et non pas au niveau du titre), voire angoissants. L'écho est également utilisé sur ce morceau, renforçant le côté grandiloquent. Une très belle mise en bouche !

'Beast And Soil' démarre sur quelques arpèges rappelant la musique médiévale puis l'offensive s'abat sur nos oreilles sans crier gare. Et ici, ce sont des riffs très dissonants, répétitifs et malsains au possible qui envahissent le morceau, en arrière plan et en écho. C'est absolument maléfique et magnifique. Une guitare reprend les arpèges du début en beaucoup plus saturés et l'ambiance qui s'en dégage est digne des plus grands opus de black métal des années 90, tant elle n'est que noirceur et ne laisse aucun espoir. La malfaisance à l'état pur, entretenue par cette voix toujours aussi impressionnante et démoniaque et par des déferlement de pure violence. Par opposition, la fin du morceau fait la part belle aux guitares plus mélodiques, donnant un air mélancolique et sublime… L'esthétique de la douleur et de la violence en quelques sortes. 'Beats And Soil' est mon immense coup de coeur de cet album.

L'album se clot (déjà…) sur 'Blood And Rats', avec une introduction plus lente et lourde, rattrapée par cette voix invoquante pleine de malfaisance et de majesté. Ce titre, contrairement à son prédécesseur s'oriente plus vers un post black, mais beaucoup plus raw que ce que l'on peut entendre d'habitude. Les riffs sont toujours aussi dissonants et agressifs, donnant également quelques très beaux passages infiniment black traditionnel. Des rythmes lancinants viennent alourdir encore plus le morceau, pour l'arrêter sur un break et repartir de plus belle dans un déferlement cataclysmique de haine, de violence et d'annihilation totale, calmé quelque peu par des guitares mélodiques très mélancoliques, qui mettent un terme a cet EP. La boite de Pandore est refermée.

Misotheist signe ici un sublime premier EP. Tout simplement. Il n'y a rien de négatif à dire là dessus, c'est une réussite de bout en bout. Tout est extrêmement bien mesuré et pondéré, que ce soit les passages violents, comme les breaks. L'instrumentation est parfaite, la voix est subtilement dégueulasse et l'ambiance qui se dégage de ces trois titres me font penser sans honte aucune que l'on est face à un album qui pourrait avoir sa place parmi les meilleurs crus de 2018. Pour ma part en tout cas, cette écoute m'a subjugué, ce qui est suffisamment rare pour être noté. Si le reste de la production du groupe est à la hauteur de ce ''Misotheist'', nous avons indubitablement à faire à un groupe majeur de la scène, mélangeant avec intelligence, sensibilité et précision son héritage musical et les diverses évolutions du style depuis le début des années 90.