Minas Morgul
Antares Bauglir
Journaliste

KRITH NAZGUL

«Krith Nazgul dévoile un premier album mélangeant allègrement la fantasy de Tolkien au Black Metal raw de la seconde moitié des années 80. Le résultat est brutal et sacrément efficace !»

12 titres
Black Metal
Durée: 45 mn
Sortie le 08/10/2018
1178 vues
COLDWOOD PROD

Le groupe de Black metal dont nous allons parler aujourd'hui se nomme Krith Nazgul et est originaire de ChengDu, dans la région du Sichuan en Chine. Il est composé d'Alcatraz (ex-Avalanche) au chant et à la guitare, d'Arimanius à la basse et de Zquagmire à la batterie et ces trois musiciens proposent un black métal primitif.

« Minas Morgul » est le premier album du groupe, actif depuis 2015 et l'on notera un split avec plusieurs autres groupes, « The Subversion Of Justice », sorti également en 2018.

Les amateurs reconnaitrons instantanément les nombreuses références à l'oeuvre du grand auteur anglais de fantasy J.R.R Tolkien et pour cause, le groupe, à l'instar de Summoning, base sa musique sur l'univers étendu du père de la Terre du Milieu. Citons par exemple (outre le nom de l'album) les titres ‘The Great Army Of Dol Guldur', ‘Uruk-ai' ou encore ‘The Death Of Sauron'.

Néanmoins, ne vous attendez pas à du Summoning-like ! Bien que les références soient majoritairement tirées du côté du Mordor et d'Angband, la musique de Krith Nazgul est beaucoup moins délicate et méditative que celle du duo autrichien, mais non moins intéressante. Les chinois puisent directement leurs influences dans les grands groupes de proto-black des années 80, à savoir Hellhammer, Celtic Frost (époque « Morbid Tales », « To Mega Therion » et « Into The Pandemonium »), Bathory et même Mayhem (époque ''Deathcrush''), pour un rendu primitif qui colle finalement assez bien avec cette ambiance lugubre des tréfonds du Mordor. Un album que l'on entendrait bien dans les campements orcs en quelques sortes.

Cette filiation avec les suisses de Hellhammer/Celtic Frost se ressent sur tous les morceaux. Les guitares sont saturées grassement, la batterie est pêchue, militaire et bien présente ('Shadow Of The Mountain' en est un exemple frappant) et le chant est guttural sans atteindre les aigus d'un scream typiquement black. Il rappelle également les expérimentations vocales de Quorton dans la toute première trilogie de Bathory (''Bathory'', ''The Return Of The Darkness And Evil'' et l'excellent ''Under The Sign Of The Black Mark''), notamment sur 'Uruk-Hai' et 'Revenge Of Damnation' grace à l'utilisation d'echo dans la voix (aussi utilisé par Tom G. Warrior pour Hellhammer et Celtic Frost).

L'album fait la part belle aux pistes instrumentales, comme 'The Begining' (avec quelques paroles en Noir Parler), 'Sorrow Of Darkness', 'The Death Of Sauron', qui mélangent instruments traditionnels chinois, percussions et éléments plus électroniques. Le tout ressort comme une musique rituelle, enivrante et donnant de bonnes respirations à l'album.

Détaillons ce ''Minas Morgul'' grace à quelques pistes représentatives du travail des chinois de Krith Nazgul.

'The Great Army Of Dol Guldur' débute sur une batterie assez thrash et infiniment rétro, aux rythmes enlevés et quelques blast beats bien méchants. Les guitares sont efficaces et brutales, jouant des accords répétitifs et assez simples, mais qui font le boulot correctement. Le chant, comme nous l'avons dit plus haut, possède un écho à la Quorton. Le rendu global rappelle vraiment certains morceaux de Bathory, 'Sacrifice' ou 'Woman Of Dark Desires' pour ne citer qu'eux, avec ce côté bourrin, sans compromis et brutal. On retrouve également ce côté très lourd et massif dans la batterie du court morceau 'Uruk-Hai', qui pourrait presque rappeler la boite a rythme de Mysticum à certains moments. Quant au côté rétro, les riffs de 'Lure Of Degenerate' rappellent incroyablement 'Messiah' de Hellhammer, dans les tonalités dissonantes et le rythme.

'Shadow Behind The Mountain' est un morceau sorti en avant-première, ce qui était un bonne idée car il donne un avant-gout exhaustif de cette première galette de Krith Nazgul. La batterie est un hommage rendu à ''Demon Entrails'' de Hellhammer : efficace, sans compromis et absolument dévastatrice. Les guitares sont démoniaques à souhait tout en gardant un petit esprit Punk, que l'on retrouvait déjà dans les premiers groupes de Black (souvenez vous de ''Deathcrush'' de Mayhem !). Et que dire du chant… L'enregistrement donne un côté très gras et raw qui colle parfaitement à l'ambiance voulue par Krith Nazgul. Un pont très rock'n'roll casse le rythme blackisant du morceau permettant de lui apporter un peu de relief.

En conclusion, 'Minas Morgul' est un très bon premier méfait pour les chinois de Krith Nazgul. On pourrait cependant reprocher la trop grande présence des influences (Hellhammer/Celtic Frost, Bathory et consort), qui donnent parfois un côté très revival à cet album, plutôt que d'apporter de véritables nouveautés. Ce n'est pas révolutionnaire et l'impression de jouer au jeu des différences se fait souvent ressentir. Certains ne pourrons pas s'y faire, d'autre dépasserons cela. Les références à Tolkien sont finalement assez anecdotiques, contrairement aux mélodies de Summoning qui évoquent véritablement les terres et les légendes d'Arda. Mais Krith Nazgul est un groupe à surveiller de près, en espérant qu'ils prennent plus de risques pour leur prochain opus.
KRITH NAZGUL
Plus d'infos sur KRITH NAZGUL
Black Metal