ABNORMALITY
Plus d'infos sur ABNORMALITY
Technical/Brutal Death Metal

Mechanisms of Omniscience
Anibal BERITH
Journaliste

ABNORMALITY

10 titres
Technical/Brutal Death Metal
Durée: 39 mn
Sortie le 29/04/2016
4153 vues
Voilà une groupe de Technical/Brutal Death Metal atypique puisque le growler est une femme et quelle prestance! Très honnêtement, je ne suis pas fan des frontwomen qui growlent car je trouve que généralement ça manque de puissance et d'énergie. Erreur monumentale ici avec Abnormality qui porte bien son nom car effectivement, est-ce bien normal tout çà??

Lorsque j'ai découvert le groupe récemment je l'avoue, j'étais sceptique mais dès que j'ai écouté le titre promotionnel et éponyme de la galette dont je vais vous parler, j'ai été bluffé et le mot est faible! Si on ne regarde pas le petit livret fourni avec le CD où que l'on ne s'intéresse pas au line-up, impossible de savoir que le chant est porté par la charismatique et sculpturale Mallika Sundaramurthy. Un mot: déroutant!

Le combo américain, originaire du Massachusetts, officie dans un Tech Death bien brutal aux thèmes abordant conspiration et science-fiction depuis plus de 10 ans (2005) et nous offre là son second méfait 'Mechanisms of Omniscience' quatre ans après le déjà très brutal 'Contaminating the Hive Mind' (2012) en 10 actes sur près de quarante minutes.

La première chose qui marque lors de l'écoute de 'Mechanisms of Omniscience' est qu'il est très légèrement moins brutal que le précédent opus mais plus technique avec une production plus soignée et un growl plus caverneux et plus puissant. Du coup, l'album n'en est pas moins agressif, bien au contraire car la variété qu'il propose offre plus de volume et plus de diversité donnant ainsi une galette moins lassante que 35 minutes envoyés à fond la caisse de blast beat dévastateurs à plus de 200 bpm. N'en déplaisent aux fans de brutalité dévastatrice dont je fais parti, vous en prendrez pour votre grade avec ce second opus d'Abnormality et vous en redemanderez pour déceler tous les points de détails dissimulés au travers des 10 compos.

'Swarm' ne fait pas dans la finesse et attaque fort! C'est direct, catchy....ça défouraille sévère sans prévenir, ce qui est d'ailleurs la marque de fabrique du quintet qui vous repousse dans vos derniers retranchements dès les premières secondes manière de voir si vous tiendrez le coup! Et il le faut, car la suite du (des) titre (s) offre (nt) une variété certaine ne serait-ce que dans le tempo qui alternera mid tempo voire tempo lent et blast beat.
Le growl de Mallika a étonnamment progressé pour produire quelque chose de plus caverneux et qu'elle sait reproduire en live!
Les mélodies sont généralement dissonantes et puissantes ('Synthetic Pathogenesis') voire complexes dans leur réalisation par ce côté à la fois brutal et technique ('Mechanisms of Omniscience', 'Vigilant Ignorance', 'Irreversible'). La variété est au rendez-vous par l'intégration de plans mélodiques et de soli ('Hopeless Masses') voire des effets Sci-Fi marqués (titre éponyme, 'Irreversible', 'Consuming Infinity').

Les américains sauront soulager nos tympans et nos cervicales avec les deux interludes purement instrumentaux 'Catalyst of Metamorphosis' et 'Assimilation' sans pour autant préserver notre psychique notamment avec le premier titre qui est angoissant voire terrorisant, le second étant plus Sci-Fi.

Les deux derniers titres sont brutaux et violents à souhait. 'Cymatic Hallucinations' donne dans le lourd et le terrifiant avec des plans dévastateurs dans une ambiance volumineuse et oppressante. 'Consuming Infinity' attaque "en douceur" avec une intro Sci-Fi stressante et une montée en puissance progressive de chacun des instruments en particulier et de la musique en général. Puis c'est le déversement de violence sans concession à coup de blast beat dévastateurs et de growl profond et gras, le tout accompagnés de riffs dissonants et d'une basse résonnante et fracassante. Ca tabasse!

Ce second album est une réussite totale pour le quintet américain tant sur la production qui offre une distinction claire de chacun des instruments que sur la technique d'exécution irréprochable et l'artistique de haut niveau pour arriver à offrir aux auditeurs autant de diversité dans un genre musical qui peut devenir vite répétitif et lassant s'il est mal approprié. Pourvu que nous n'attendrons pas quatre ans pour le troisième opus qui est souvent celui de la maturité!

Anibal Berith