VASSAFOR
Plus d'infos sur VASSAFOR
Black Metal

Malediction
Enora
Journaliste

VASSAFOR

«« Malediction », un album à la fois puissant et mystique construit avec les années d'expérience de Vassafor»

5 titres
Black Metal
Durée: 56 mn
Sortie le 13/10/2017
6791 vues

On a toujours un peu d'appréhension à se lancer dans la chronique d'un groupe comme Vassafor, mais pour ceux qui ne connaissent pas le groupe, permettez-moi une rapide présentation. Le groupe est un duo originaire d'Auckland en Nouvelle-Zélande et composé de BP à la batterie et de VK au chant, aux guitares et à la basse. « Malediction », leur nouvel album, sort vingt ans après leur première démo alors voyons où ils en sont.

Un background sonore mystérieux et évoquant des murmures se met lentement en place au début du premier titre, « Devourer of a Thousand Worlds ». Une basse et une batterie se dégagent de cet ensemble informe et grouillant. Puis la voix résonne à son tour sur cette ligne musicale lourde mais discrète. Si le mixage est bon dans le sens où chaque ligne instrumentale est audible, on regrette qu'un meilleur équilibrage sonore n'ait pas permis de mettre davantage la voix en avant. Après près de six minutes plutôt atmosphériques, le ton se durcit avec une accélération rythmique et une intensification des cris très gutturaux. Le passage mélodique est une vraie réussite mêlant virtuosité et rapidité avec une batterie ultra-percussive et une basse qui trouve sans peine sa place !

« Emergence (of an Unconquerable One) » est un titre bien plus énergique et on retrouve toujours ce souci de profiter de chacun des instruments. Cependant le mixage met ici clairement la voix en retrait au point qu'elle paraît presque être l'accompagnement de la musique. Certains aimeront peut être, pas moi. Mais le côté impérieux et mélodique de la composition me séduit toujours autant. Avec « Elegy of the Accurser », Vassafor nous propose une composition plus originale et qui sort un peu des sentiers battus du Black Metal, en particulier avec des ruptures rythmiques assez intéressantes.

Le quatrième morceau, « Black Winds Victoryant » s'ouvre sur une mélodie lente dans les graves aux cordes, superposée à des sons stridents. Puis une voix enregistrée est diffusée alors que les guitares se font entendre. Ensuite la mélodie s'emballe et la batterie impose un tempo plus rapide sur lequel les guitares déploient une ligne musicale de plus en plus entêtante. La voix est plus aérienne et discrète sur ce titre. L'album s'achève sur « Illumination of the Sinister », qui débute, tout comme le premier morceau, sur des voix mi-chantées mi-chuchotées. Une cloche retentit et marque le rythme que les guitares, la basse et la batterie commencent à suivre jusqu'à développer un morceau riche et complexe dans sa composition.

« Malediction » est une agréable surprise puisque Vassafor réussit le pari de nous présenter un album à la fois puissant mais toujours aérien et mystique. On n'étouffe pas dans les compositions surchargées de certains groupes de Black mais on trouve un univers construit et on sent les années d'expérience qui ont amené le duo à cette production musicale.


You're always a bit worried to write a review about a band such as Vassafor, but for those who don't know the band, let me introduce them to you. The band is a duo from Auckland, New Zealand, composed of BP on the drums and VK on the vocal, the guitars and the bass. "Malediction", their new album, is released twenty years after their first demo so let's see how they evolved through time!

A mysterious musical background, which makes me think of murmurs, slowly appears on the first track, "Devourer of a Thousand Worlds". The bass and the drums clear from these shapeless and swarming sounds. Then the voice emerges above this heavy but somehow discrete musical part. The production is good since every instrument can be heard but I regret that the voice is not more put forward. After six minutes in an atmospheric ambiance, the tone is getting harder with a speeding up of the rhythmic and a reinforcement of the guttural screams. The melodic part is a real success, mixing virtuosity and rapidity with powerful drums and a strong bass part!

"Emergence (of an Unconquerable One)" is a much more energetic song and we still find the importance of highlighting the role of each instrument. However, the mixing almost make the voice disappearing since it seems to only accompany the music; some of you may like it, I don't. Nonetheless, the imperious and melodic aspects of the track seduce me a lot. With "Elegy of the Accurser", Vassafor offers us an original composition which goes outside the box of Black Metal, especially with some really interesting rhythmic breaks.

The fourth song, "Black Winds Victoryant", starts on a slow and low melody on strings, with stridulent sounds. A recording voice is broadcast while the guitars appear. Then the melody gets crazy and the drums imposes a quicker tempo on which the guitars spread out a more and more heady musical line. The vocal is more aerial and discrete on this track. The album ends on “Illumination of the Sinister", which starts, as the first song, with half-sung half-whispered voices. A bell rings and gives the rhythm that the guitars, the bass and the drums start to follow until they give birth to a rich and complex song.

"Malediction" is a really good surprise to me since Vassafor succeeds in showing us a powerful and mystic, aerial album. We never get trapped into overloaded compositions that some Black Metal bands can create. On the contrary, we discover a strong universe, built by years of work which led the band to such a level of musical creation.