Liquid Anatomy
Herger
Journaliste

ALKALOID

«Alkaloid nous a pondu un superbe album dans la lignée de son prédécesseur. Un mélange réussi entre musique prog, death technique et une bonne part de brutalité»

8 titres
Progressive Death Metal
Durée: 64 mn
Sortie le 18/05/2018
3701 vues
Après la réédition de leur premier et excellent album paru chez Season Of Mist il y a quelques mois, les allemands d'Alkaloid remettent le couvert avec ce nouvel album nommé ''Liquid Anatomy'' (également chez SoM). Ce groupe peut-être considéré à plusieurs titres comme un super groupe : tout d'abord parce que l'ensemble des membres sont des musiciens confirmés qui ont participés à Dark Fortress, Obscura ou God Dethroned, entre autres ; mais aussi car la musique est innovante, inspirée et technique.

Pour ce deuxième effort, les allemands ne se sont pas reposés sur leurs lauriers. Ils ont réussi à surpasser leur très bon premier opus, dont la chronique a été faite par nos soins il y a quelques mois. Ce nouvel album fait encore plus fort dans l'inspiration et la recherche, en mélangeant death, sonorités hard et prog classique et moderne.

Commençons en fanfare avec l'excellent titre ''Kernel Panic'', qui démarre par un passage loin du métal extrême dans une veine prog à la Eloy, leader du rock progressif classique allemand. La composition reste la même jusqu'à la fin, même si on trouve en plus du chant clair du chant pictural.

''As Decreed By Laws Unwritten'' est dans sa première partie un pur morceau de death avec ses riffs caractéristiques, ses growls et ce côté technique propre au groupe. Puis arrive un break mélodique bien pensé pour revenir vers des contrées death à la Morbid Angel.

''Azagthoth'' est un titre plus alambiqué où la technique prédomine. On reste dans un death avec des côtés à la Meshuggah sans trop d'agressivité, mais où les grunts sont vraiment présent et scandent le titre du morceau sur les refrains.

La composition suivante , ''Liquid Anatomy'' est l'un des plus beaux moments de l'album. On y trouve beaucoup de douceur, avec des arpèges acoustiques qui renvoient aux plus belles heures du rock prog seventies. Le travail au niveau du chant est très bon et mêle voix mélancoliques et choeurs et le solo est magnifique, tout en délicatesse et plein de feelings. Ce titre démontre que le groupe n'est pas que brutalité.

Le morceau ''In Survol's Swiring Reaches'' est un titre dans une veine vraiment technique et progressive, avec d'excellents vocaux et un solo de la même trempe.

''Interstellar Boredom'' commence par des riffs en power cords : ça va être du brutal !
Lorsqu'apparaissent les vocaux, changements d'ambiance où des références aux géniaux Ghost apparaissent pour notre plus grand bonheur, surtout dans l'ambiance, les mélodies des guitares et la façon de chanter qui rappelle Tobias Forge. Encore du très bon.

L'avant dernier morceau se nomme ''Chaos Theory And Pratice'' dans une veine technique avec des riffs alambiqués et inspirés. Le travail au niveau des refrains est excellent, comme à l'accoutumée.

Enfin arrive en dernière position ''Rise Of Cephalopods'', le gros pavé de l'opus, la pièce maîtresse qui ne dure pas moins de dix neuf minutes. C'est un très bon condensé de ce qu'Alkaloid a composé tout au long de l'album, avec des parties plus douces, dans une ambiance inquiétante avec des passages plus brutaux, d'autres plus recherchés et progressifs.

Alkaloid nous a pondu un superbe album dans la lignée de son prédécesseur. Un mélange réussi entre musique prog, death technique et une bonne part de brutalité

ALKALOID
Plus d'infos sur ALKALOID
Progressive Death Metal
Chroniques