RIVAL SONS
Plus d'infos sur RIVAL SONS
Rock Alternatif
Chroniques

Lightbringer
Fred H
Journaliste

RIVAL SONS

«En décidant de scinder ses deux offrandes 2023 en deux opus distincts, Rival Sons a fait un choix payant. Ce savoureux diptyque est varié, inspiré, bien rock et follement plaisant.»

6 titres
Rock Alternatif
Durée: 33:32 mn
Sortie le 27/10/2023
883 vues
Ils l’avaient annoncé, ils ont tenu parole. 2023 sera bien une année « double dose » pour Rival Sons. Après « Darkfighter » en juin, voilà, quatre mois plus tard, « Lightbringer ».

Si la première salve de morceaux se voulait avec « une part d’ombre » (dixit le combo), ce second volet de compositions est (tout est dans le titre) plus lumineux. Intelligemment, la piste ouvreuse (l’épique 'Darkfighter', la chanson) de ce « Porteur de lumière » fait le pont avec le récent effort du même nom. Durant neuf minutes, le groupe originaire de Long Beach nous bringuebale avec délectation entre passages acoustiques, sonorités orientales, interventions d’un sitar et d’un orgue, et variations (électriques) de rythmes. Libre artistiquement, les Américains délivrent leur (Hard) Rock’n’roll sans s’imposer de limites stylistiques. On tient là une parfaite maitrise de musicalité et d’écriture.

La suite est moins « expérimentale » mais tout aussi passionnante. L’habituelle filiation (assumée) avec le plus célèbre des dirigeables musicaux britanniques est là ('Mercy'). Ecoutez et délectez-vous de ces riffs, mélodies et idées qui ne trompent pas. « L’Héritage » est entre de bonnes mains. Quel groove. Les accents 70s sont de la partie (la contagieuse 'Sweet Life', future incontournable de setlist à n’en pas douter).

Si musicalement, nos Fils Rivaux nous ravissent, on se doit de souligner la performance du chanteur Jay Buchanan. Le vocaliste vit ses textes ('Mosaic'). Même si il peut se révéler puissant ('Before The Fire'), l’étasunien sait se montrer plus doux et plein d’émotions (la magnifique ballade 'Redemption').

A la finale, en décidant de scinder ses deux offrandes 2023 (« Darkfighter » puis « Lightbringer») en deux opus distincts, Rival Sons a fait un choix payant. Ce savoureux diptyque est varié, inspiré, bien rock et follement plaisant.