A Place Where There's No More Pain
The Effigy
Journaliste (Belgique)

LIFE OF AGONY

«Ce nouvel album de Life Of Agony est un bon moment pour l'auditeur !»

10 titres
Crossover/Thrash/Sludge Metal (early), Alternative Metal/Rock (later)
Durée: 40 mn
Sortie le 28/04/2017
9003 vues
C'est avec un retard évident que votre serviteur se penche sur le dernier Life Of Agony. Un tort qui se rattrape avec grand plaisir face à cet album de qualité. Le groupe de métal alternatif américain s'est formé en 1989 sous l'impulsion de Keith Caputo, Joey Z. Et Alan Robert qui seront rejoint peu après par l'ex Type O Negative Sal Abruscato. Roadrunner Records les signera et c'est en 1993 que sort le premier album « River Runs Red » suivit d' « Ugly » en 1995 et de « Soul Searching Sun » en 1997. C'est après la sortie de ce dernier que Keith jette l'éponge et sera remplacé pour les concerts par Whitfield Crane, l'ancien chanteur d' Ugly Kid Joe.

En 1999 survint la première séparation du groupe. En 2003 la formation originale est de retour, publie un cd/dvd live de l'événement. Une signature chez Epic voit enfin venir un nouvel album studio en 2005 « Broken Valley » qui est une déception commerciale pour Epic qui s'empresse de virer le groupe. En février 2012 L.O.A. opère sa seconde séparation en plein enregistrement studio.

En 2014 Life Of Agony annonce son grand retour. Les changements survenus se trouvant plus du côté personnel et intime que musical, en effet Keith est entre-temps devenu Mina. En 2016 Napalm Records signe avec le groupe et voici venir le premier album studio depuis 12 ans « A place Where There's No More Pain ».

Une intro en texte inversé telle que pratiquée en son temps par Def Leppard et Iron Maiden nous plonge dans un « Meet My Maker » énergique et mélodique. Une influence des années 90' pointe le bout de son nez. La production de Matt Brown est parfaite pour le style de compos et « Right This Wrong » ne démentira pas la qualité qui va suivre tout au long de l'album. Un rythme plus lourd mais des riffs énergiques, le titre s'avale sans peine tant c'est bien foutu. Bien plus remuant mais aussi plus traditionnel pour du Life Of Agony, le titre éponyme fait le job grâce à la voix mélodieuse de Mina.

Le très lourd « Dead Speak Kindly » mise sur l'ambiance et rajoute du traficotage de voix. Le refrain est une complainte qui reste gravée en tête pour la journée. Le titre suivant révèle totalement l'influence Alice In Chains dans ses couplets. En effet, « A New Cow » n'a de différent que ses refrains sans quoi l'on imaginerait bien ce titre dans le répertoire d'A.I.C. . Le tempo s'accélère avec « World Gone Mad ». Titre énergique assez plaisant mais n'amenant pas vraiment quelque chose de plus à l'album sinon de varier le tout.

« Bag Of Bones » contient un des meilleurs couplet de l'opus, faisant parfois penser à Slitskin. Les accélérations soudaines en pré-refrain et refrain voient malheureusement s'échapper la possibilité d'en faire un hit. Au niveau refrain accrocheur « Working Catastrophe » n'est pas en reste. Malgré une tendance répétitive le morceau reste agréable sur la longueur. Le titre travaillé pour être un single évident est « Song For The Abused ». Malgré tout, il est assez interpellant de remarquer que Life Of Agony nous pond des couplets souvent bien plus accrocheurs que les refrains. Pour refermer cet album, seule la voix de Mina se fera entendre sur un fond de clavier-piano. « Little Spots Of You » laissera l'auditeur assez perplexe mais pourquoi pas après tout.

Life Of Agony ne nous revient pas avec le meilleur album de sa carrière mais avec un très bon disque qui nous prouve qu'il valait la peine de relancer le groupe pour une troisième fois. Espérons qu'enfin les problèmes survenus auparavant ne reviennent pas tout gâcher pour que le groupe puisse continuer d'aller de l'avant et ne tarde plus aussi longtemps avant l'offrande suivante. En attendant, ce nouvel album est un bon moment pour l'auditeur si celui-ci est ouvert au style pratiqué par le groupe.
LIFE OF AGONY
Plus d'infos sur LIFE OF AGONY
Crossover/Thrash/Sludge Metal (early), Alternative Metal/Rock (later)
Chroniques