DAWOHL
Plus d'infos sur DAWOHL
Brutal Blackened Death

Leviathan
Julien Pingenot
Journaliste

DAWOHL

«Ce premier album de Dawohl est une vraie belle surprise ! »

08 titres
Brutal Blackened Death
Durée: 28 mn
Sortie le 22/04/2022
618 vues

Formé en 2009, c’est en 2014 que le groupe fait parler de lui avec la sortie de son premier EP "Potestas.Ratio.Iustitia". Mais il faudra attendre cette année et une signature sur le très bon label Dolorem Records (maison de Creeping Fear, Nephren-Ka, Slave One,…) pour voir le groupe sortir son premier long format : "Leviathan".

La première chose qui frappe est la magnifique pochette signée Business for Satan, et aussi le superbe nouveau logo du groupe qui s’intègre parfaitement à l’artwork. Avec une pochette pareille, la sombre dystopie dans laquelle le groupe nous embarque devient immédiatement concrète et croyable.

Pour cet album, le groupe nous dépeint une dystopie amorale où les individus sont façonnés dans leur chair ainsi que dans leur esprit pour servir les objectifs d'une entité supérieure qu'ils ont créée : l'État. Dystopie premièrement appuyé par l’artwork mais aussi, et surtout, par le Brutal Blackened Death que le groupe nous délivre sur cette petite demi-heure.

Véritable machine infernale, le groupe nous assène de riffs implacables comme sur le très bon "Voluntary Servitude", "Macro Apoptosis" ou bien "Stratolatria". Cette cruelle dystopie fait mal comme l’illustre la rythmique martiale accompagnée par de lancinants et troublants chœurs féminins du premier morceau "Canticum Belli". Mais aussi, le rôle de la dissonance joue un grand rôle dans cela. En effet, que cela soit avec de très rapides tremolo pendant les déferlements de notes qui nous tiraille de tous les côtés ou bien les passages les plus calmes, cette dissonance si évocatrice est omniprésente. Enfin, les quelques solos viennent enfoncer pour de bon le clou. Sur pas mal de sorties de ce type, j’ai souvent un problème avec les vocaux, que je trouve souvent trop monotones. Et ici, c’est tout le contraire, une véritable puissance se dégage et la diversité vocale ne fait qu'étoffer le reste.

Durant à peine moins d’une demi-heure, le concept album "Leviathan" nous embarque dans une véritable cavalcade ténébreuse grâce à des morceaux qui fourmillent d’idées de compositions et aux divers arrangements sonores venant donner encore plus de corps à l’ensemble.