LEPROUS
Plus d'infos sur LEPROUS
Progressive Metal
Chroniques

Malina
The Effigy
Journaliste (Belgique)

LEPROUS

«Malina est un diamant taillé sur mesure pour les amoureux du groupe. Surprenant et rassurant à la fois, Leprous est au top de sa forme. »

11 titres
Progressive Metal
Durée: 59 mn
Sortie le 25/08/2017
10058 vues
Formé en 2001 à Notodden en Norvège, Leprous est surtout connu pour avoir été le backing band d'Ihsahn, le célèbre frontman d'Emperor. Officiant dans le métal, rock progressif, le groupe puise aussi bien son inspiration chez un Behemoth que chez Prodigy, Radiohead, Massive Attack ou encore Five Finger Death Punch.

Leprous publie un premier e.p. démo en 2004 « Silent Waters », suivi en 2006 d'un album autoproduit « Aeolia » qui sera ensuite considéré également comme démo. Le premier vrai album du groupe « Tall Poppy Syndrome » sort en 2009. Deux ans après c'est au tour de « Bilateral » de voir le jour. En 2013 « Coal » confirme la valeur du groupe et « The Congregation » enfonce le clou en 2015. Fort de leur succès grandissant, un cd/dvd live est publié en 2016, « Live At The Rockfeller Music Hall ».

Depuis sa création, Leprous a subi de nombreux changements de personnel, le dernier en date étant le départ du guitariste Oystein Landsverk qui laisse sa place à Robin Ognedal. Mais cette fois, il n'y a pas que de ce côté là que Leprous se permet de modifier les choses. Tout en restant fidèle à son identité, le groupe débarque avec un nouvel album qui respire le changement. Le souhait d'un son plus organique voit la guitare être moins métal, distortion allégée par rapport aux précédents albums. Pour ce résultat il a fallu quatre fois plus de temps qu'auparavant en studio. Finis les rajouts après enregistrement avec des plugs-in pour atteindre un son voulu. La recherche s'est faîte avant les prises sons. Le résultat est simplement bluffant, mais peut perturber l'amateur du Leprous version métal.

C'est tout en douceur que « Bonneville » donne le ton de ce nouvel album. Le groupe est reconnaissable entre mille avec son style particulier de composer et surtout la voix charismatique d'Einar. Il faut attendre le milieu du titre pour que la puissance montre le bout de son nez. C'est d'ailleurs là que se situe le changement sonore. C'est puissant, mais ce n'est plus métal, Leprous nous apporte quelque chose de neuf et c'est tant mieux. Le changement de sonorité est bien plus flagrant sur « Stuck ». La quasi-absence de distorsion ne peut que se remarquer. Si le premier titre était un voyage, nous revenons ici au format chanson, avec bien entendu le sens aigu de la mélodie lors d'un refrain envoûtant.

Le premier clip dévoilé pour présenter l'album « For The Flame » est bien plus groovy et direct, toujours de grande efficacité quand il s'agit de clouer une mélodie dans votre mémoire. « Captive » se calque dans le moule des titres à caisse claire qu'affectionne le groupe. Baard Kolstad reste le maître pour monter ou redescendre la tension d'un titre derrière sa batterie. L'enchaînement sur « Illuminate » suit le tempo précédent avec un résultat toujours aussi prenant.

Lenteur totale pour un « Leaches » à tendance dépressive. C'est beau à en pleurer mais d'un sombre impossible à apprivoiser. Les violons en rajoutent une couche et la mélodie vocale clôture définitivement le ressenti. « Mirage » est un second voyage, de ceux qui ne se découvrent pas en une fois. Le titre est empli de sinuosités et se voit dans le même temps doté d'une accroche qui n'est pas négligeable lors des refrains. Le titre éponyme « Malina » se base tout du long sur une ambiance qui sert la tension, comme bien souvent lorsque les structures ne sont pas de simples plans de chansons radiophoniques.

« Coma » profite pour déstabiliser un peu plus l'auditeur avec une certaine déstructuration qui pourtant reste bien dans les temps. Leprous n'en fait qu'à sa tête et c'est tant mieux pour l'auditeur. Un dernier voyage de la part du groupe sur « The Weight Of Disaster » sert un peu de montagnes russes, le groupe excelle pour passer de la douceur à l'énergie totale. Einar se retrouve seul pour clore l'album. « The Milestone » est une longue complainte dénudée de tout l'attirail d'un groupe. De quoi ressentir toute la fragilité de l'homme seul qui s'exprime ici. Le morceau est toutefois ponctué d'interventions au violon exécutées par Raphael Weinroth-Bown.

Avec ce nouvel album Leprous nous prouve qu'il n'a peur de rien, capable de remettre en question la formule qui l'a amené au succès, le risque est plus sur le fond que la forme. Le groupe garde son cachet mais peut perturber le fan inconditionnel de guitares tranchantes. Pour peu que l'on se penche sur l'album pourtant, il n'est pas difficile de réaliser que Leprous a encore affiné la taille du diamant qu'il nous livre cette année. Le groupe est un grand groupe, n'en doutons point, si ce n'est par la reconnaissance d'un grand public, ça l'est par la qualité et la créativité. Malina est un nouveau joyau discographique, cela non plus ne se remet pas en question. Le seul conseil que l'on peut dès lors vous donner est de vous procurer cet album et de faire un très bon voyage en sa compagnie.