CONCRETE EDEN
Plus d'infos sur CONCRETE EDEN
Nu Metal

Left
Enora
Journaliste

CONCRETE EDEN

«« Left », un album marqué par l'esprit aventurier de Concrete Eden qui ne s'interdit rien et touche à une multitude d'univers musicaux pour créer une identité décalée mais extrêmement riche»

8 titres
Nu Metal
Durée: 29 mn
Sortie le 19/01/2018
8397 vues

Concrete Eden est un groupe autrichien formé en 2005 avec Hannes Ressi à la batterie, Mike Kostner au chant, Erwin Lackner à la guitare et Thomas Gurker à la basse. Le groupe gagne rapidement en popularité et tourne avec de belles formations comme Ektomorf ou Die Apokalyptischen Reiter. Depuis 2017, ils ont signé chez NRT Records, un label allemand indépendant et ils nous proposent aujourd'hui leur premier album : « Left » !

Impossible de se tromper avec « According To Law », on met bien les pieds en plein Nu Metal et j'avoue que ça me fait beaucoup de bien de renouer avec ce style avec un groupe aussi intéressant que Concrete Eden. Toute la chanson est marquée par un groove bien senti où la basse trouve toute sa place. La voix, plutôt aigüe et nasillarde mais néanmoins bien sympathique sur les parties screamées, s'occupe du reste ! « Chains » est un peu moins aventureux et, étrangement, plus proche de groupes comme Rage Against The Machine dans la structure en chant principal et réponses en choeur. La rythmique, plus classique, permet à la guitare de placer quelques riffs discrets mais bien présents et qui assurent une sorte de nappe, presque mécanique. Le scream grave est par contre assez moyen selon moi tant il manque de corps et d'intérêt. On pourrait très bien être avec un groupe d'Indus gothique comme avec un groupe de Rap sur « Communication Fails ». Concrete Eden y mélange une ligne mélodique très électro et une rythmique binaire à une diction rapide et implacable. Quelques breaks viennent cassez cette ambiance presque trop lisse, créant un contraste des plus appréciable.

La ligne musicale est beaucoup plus dure sur « Deadly Correct » et évoque presque une sort de mash-up entre Ektomorf pour les parties lourdes et screamées, de groupes dans la ligne du Deathcore sur les passages virtuoses de la guitare et enfin du pur Nu Metal lorsque tout s'apaise. Et, pour être honnête, ce mélange fonctionne très bien, sans doute grâce aux transitions soignées et à l'habileté des musiciens à passer d'une atmosphère à l'autre. Sans être une fan absolue des morceaux, je regrette quand même qu'ils fassent tous moins de trois minutes parce qu'on ne dirait pas non à des chansons plus longues. « No Place To Hide » est LE morceau old school et sautillant par excellence ! Qu'est-ce qu'il doit être amusant de l'entendre en live et de voir une fosse s'unir pour sauter et headbanguer sur cette rythmique irrésistible ! La technique de chant évoque par moment les chants traditionnels polyphoniques, ce qui renforce le côté hypnotique de ce morceau qui nous aspire dans un tourbillon langoureux et brutal dont on ne sortirait pour rien au monde.

La joie explosive qui se dégage de « Gone Too Far », ainsi que certains passages de la composition, font clairement penser au Punk. Une fois la surprise passée, c'est un élément qui s'avère amusant, d'autant plus qu'il détonne totalement dans le reste de la chanson, beaucoup plus agressive et sombre, et musicalement dans une veine plus Metalcore. Par contre, sur la partie plus mélodique et douce, si j'apprécie d'entendre davantage la voix claire du chanteur, j'ai beaucoup de mal à comprendre la direction que prend le groupe. Être ouvert musicalement est une excellente chose mais en utilisant trop de références musicales dans une chanson, on risque de perdre le sens principal. « Last Boarders » revient vers du Nu Metal plus traditionnel et la transition est difficile, bien que le morceau soit plutôt bon, je ne m'attarde donc pas dessus et vous laisse aller le découvrir. La ligne rythmique de « Let Me Out » est plus noire et inquiétante mais le chanteur est toujours là pour apporter une touche d'énergie plus légère, que ce soit en voix parlée ou en chant clair.

« Left » est une très bonne découverte, marquée par l'esprit aventurier de Concrete Eden qui ne s'interdit rien et touche à une multitude d'univers musicaux pour créer une identité un peu dérangée, certes, mais néanmoins extrêmement séduisante. Si les musiciens semblent se perdre à quelques reprises, l'impression qui domine est celle d'avoir passé un super moment au rythme endiablé de la force de vie qui les anime !