Sign Of The Dragon Head
The Effigy
Journaliste (Belgique)

LEAVES' EYES

«Une nouvelle sortie de qualité pour le nouveau line-up de LEAVES' EYES ! Ne reste qu'à vous d'y adhérer !»

11 titres
Metal Symphonic
Durée: 47 mn
Sortie le 12/01/2018
11981 vues
Est-il encore besoin de présenter LEAVES'EYES, le groupe créé par Liv Kristine et les membres d'ATROCITY en 2003 ? Pas vraiment puisque celui-ci a refait parlé de lui en 2016 lors du changement de chanteuse. Tout le monde à eu droit aux différentes versions, et du split, et de la création du groupe. Quoi qu'il en soit, penchons nous uniquement sur le côté musical et le succès que remporte le groupe depuis la publication du premier album « Lovelorn » en 2004 jusqu'au dernier « King Of Kings » en 2015. C'est lors de la tournée de ce dernier que le remplacement de Liv a bouleversé les fans de la première heure. Elina Siirala prend donc la place de Liv Kristine. La dame, confiante de ses capacités exploitées dans son groupe ENKELINATION (devenu depuis lors ANGEL NATION) assure assez rapidement un remplacement de qualité. Le temps de se mettre dans le bain avec le e.p. Fires In The North, revoici LEAVES'EYES pour son premier album avec le nouveau line-up.

Très bon départ sur « Sign Of The Dragon Head ». Orchestration, choeurs, guitares tranchantes et la voix envoûtante d' Elina se placent sur un up-tempo de qualité aux touches celtes très légères. Le groupe se devait d'être convaincant après le remue ménage qui a eu lieu dans ses rangs, c'est chose faîte dès le premier titre. La joie se montre d'emblée avec « Across The Sea ». Cette ambiance bon enfant relève immédiatement la chaleur du corps et donne envie de chanter, danser, d'accompagner le groupe une chope à la main, réunis autour d'une grande table de bois.

Lorsque la voix d' Elina se pose sur un piano, la pureté rejailli. « Like A Mountain » est beaucoup plus calme et moins original. Il reste très bon malgré tout mais ne convainc pas autant. Dès que les anciens instruments se mélangent à l'électrique, nous sentons venir un hymne. « Jomsborg » est un titre à garder en tête si l'on veut rester de bonne humeur toute la journée. La reprise du refrain en montant d'un demi-ton fait des merveilles. On en redemande. Il en sera de même pour « Völva » malgré que la composition soit plus traditionnelle et surtout beaucoup plus douce.

Vous aimez danser ? En revoilà plus fort encore que précédemment. « Riders On The Wind » se reprend en choeur. Le titre quasi kitch fait mouche et atteint l'objectif de la joie sans tomber dans le ridicule. La grandiloquence de mise ici sert à bon escient la composition. « Fairer Than The Sun » nous plonge dans le romantisme. Nappe de violons de sortie, harpe, piano. Un slow de qualité doté d'une tendre mélodie. Nous profitons en nous laissant bercer, acquiesçant sur le choix d'Elina pour ce superbe chant.

Un début faisant plus penser à NIGHTWISH, d'ailleurs la suite aussi. « Shadows In The Night » se base sur un tempo relevé assez efficace mais basique dans le genre. Un petit orage pour un court « Rulers Of Wind And Waves » posant l'ambiance du passé celtique. Aucune sonorité moderne mais un bon moyen d'amener le titre suivant « Fires In The North ». Ce mid-tempo possédant des interventions hachurées de guitares fait le boulot mais sans plus. L'album se termine par une pièce épique de plus de huit minutes. « Waves Of Euphoria » se classe indéniablement dans le metal symphonique si l'on exclut le court passage du solo sonnant plus celtique.

Dans l'ensemble, ce retour discographique de LEAVES' EYES est de bonne augure. L'album tient la route sur son ensemble malgré quelques banalités. L'évidence aussi que les morceaux les plus accrocheurs sont dans la branche metal celtique et moins du côté des titres plus symphoniques. C'est assez dommage car cela se ressent assez bien malgré tout. Nous conseillons toutefois l'album aux fans du genre car nous sommes en présence d'un bon travail qui mérite sa chance.