Heavy Crown
Seb Gallagher
Journaliste

LAST IN LINE

11 titres
Hard Rock
Durée: 50 mn
Sortie le 19/02/2016
4287 vues
Les ex-membres de Dio ont décidé de remettre le couvert avec un projet tout neuf qui, quelque part, est une forme d'hommage. Se nommant Last In Line, comme l'ancien album de 1984 de Dio, cette formation ne regroupe que des pointures, telles que Vivian Campbell (Def Leppard et Dio) à la guitare, Vinny Appice (Black Sabbath/Dio) à la batterie, Jimmy Bain (Dio) à la basse, et Andrew Freeman au chant qui a officié chez Offsprings comme guitariste, et Lynch Mob en frontman. Donc voilà un super line-up réuni depuis 2013 pour venir nous exposer leur premier album au nom de "Heavy Crown", fruit d'une maturation de 3 ans qui se veut très prometteur, mais on ne peut pas en douter vu les membres du groupe.

Ouvrant le bal avec le très lourd "Devil In Me" aux sonorités très Classic Hard Rock, où l'on peut constater dès les premiers accords, l'efficacité de cette triple alliance instrumentale qui n'a plus rien à prouver et qui accompagne de main de maître Andrew, nous donne une bonne mise en bouche.

"Martyr" second titre de cet album à l'intro basse batterie très Motorhead, nous met une deuxième claque dans les échauffements de début d'opus avec une énergie débordante et un frontman au meilleur de sa forme, donnant une nouvelle fois le meilleur de ce que l'on peut attendre, sans oublier le super solo de Campbell. Pour un groupe où l’idée de base était juste de réunir les musiciens originels de DIO et jouer les titres qu’ils avaient écrits et enregistrés avec Ronnie au début des années 1980, ces premiers titres montrent qu'ils ont bien eu raison de ne pas s'arrêter qu'à cela.

Plus tard, le très Leppardien "Burn This House Down", avec une fois de plus tous les éléments qui convergent pour un super titre, une basse batterie efficace et un Vivian Campbell déchirant tout sur son passage au manche de sa guitare, à croire que notre quatuor de retour du fin fond des années 80 est une usine à tubes bien hard.

D’autres titres plus posés et lourds, tels que "Starmaker" ou l'éponyme "Heavy Crown", mènent à nos oreilles les solides parties de basse aux pures sonorités du regretté Jimmy Bain qui nous a quitté quelques mois plus tôt à notre grand regret.

Cet album, dans son ensemble, s’avère être un bel étalage du talent de Andrew, capable par moments d'une superbe puissance et à d'autres, d'une belle émotion, comme sur « The Sickness », final d'un opus bien cousu par nos vétérans.

Même si l'on savait déjà que cet album ne pouvait décevoir personne, "Heavy Crown", album sans prétention, nous montre que Last In Line n'a rien à prouver et surtout n'a rien à jeter, car en écoutant ce premier très bon essai, on ne peut qu'espérer une suite à ce super projet. Un album à écouter encore et encore, du Hard en Barre !!!

Seb de Rip

LAST IN LINE
Plus d'infos sur LAST IN LINE
Hard Rock
Chroniques
II
2019