Lady In Gold
Carmziofa
Journaliste

BLUES PILLS

10 titres
Psychedelic Rock
Durée: 40 mn
Sortie le 05/08/2016
3055 vues
BLUES PILLS est incontestablement le groupe qui a littéralement explosé en peu de temps, avec un seul EP et un premier album absolument sublime. Le combo multinational (3/4 suédois et 1/4 français) a démontré tout au long de ses dernières années une présence scénique exceptionnelle et a enchainé concert sur concert sans faiblir.

C'est donc avec une grande impatience que nous attendions ce deuxième album intitulé "Lady In Gold" afin de comprendre si Blues Pills relève du succès "one shot" ou s'il s'agit d'une valeur sure sur laquelle il faudra compter à l'avenir. Ne faisons pas durer le suspense: l'album est tout simplement exceptionnel et Blues Pills réussit à passer un cap supplémentaire.

Sur "Lady In Gold" la grande nouveauté c'est la forte présence de claviers (joués par Rickard Nygren sur scène) qui donnent aux titres une dimension plus large que la simple configuration guitare-basse-batterie. Et c'est exactement ce qui se passe sur des titres comme "I Felt A Change", une ballade sans guitare, ni basse, ni batterie qui rappelle les tubes US à la Billy Joel du milieu des années 70. Ambitieux et osé !

Avec cette magnifique voix soul sur "Gone So Long", Elin Larsson nous rappelle la panthère black des années 60, Shirley Bassey. Associé à une progression musicale où les guitares prennent le leadership, ce titre est une vraie perle ! La voix d'Elin continue à faire des ravages sur le très emballé "Rejection". Les guitares y sont sauvages, bien plus que sur le premier album. Ce titre arrache tout sur son passage. On sent clairement que le groupe a pris son temps en studio pour peaufiner les arrangements.

Les guitares de Dorian font des ravages sur "Burned Out" , "You Gotta Try" et "Won't Go By" et la présence des claviers n'obère en aucune mesure la puissance des riffs du guitariste français.

Ce qui fait la force des compositions de Blues Pills, ce sont les progressions musicales: une grande majorité de titres s'emballe et finit sous la plus grande intensité. C'est un vrai don et une vraie signature artistique. Et même si certains titres sont un peu brouillons et moins efficaces tels que "Little Boy Preacher" ou "Bad Talkers", cela n'efface pas la qualité de ce deuxième album.

Sublime et brillant sont les mots qui caractérisent le mieux ce magnifique deuxième album de Blues Pills. Avec "Lady In Gold", le combo suédois monte d'un cran le niveau de son talent artistique, résolument ancré dans les années 70.

BLUES PILLS
Plus d'infos sur BLUES PILLS
Psychedelic Rock