KORPIKLAANI
Plus d'infos sur KORPIKLAANI
Progressive Folk Metal

Kulkija
Beleth Ars Goetia
Journaliste

KORPIKLAANI

«Un album qui ne fait pas mouche et dont aucuns des nombreux titres ne laissent un souvenir impérissable. La recette des finlandais ne prend pas et c'est dommage. »

14 titres
Progressive Folk Metal
Durée: 68 mn
Sortie le 07/09/2018
3838 vues
Direction la taverne pour boire toute la nuit en compagnie de Korpiklaani ! Le clan des contrées sauvages (car c'est ainsi que l'on peut traduire le nom du groupe du finnois) est de retour chez Nuclear Blast avec ce nouvel opus fraîchement débarqué, intitulé « Kulkija ». Le groupe, originaire de Lahti en Finlande est fondé en 2003 et mélange savamment métal et folk par le biais d'instruments classiques comme l'accordéon et le violon. Depuis cette date, le groupe a sorti une dizaine d'albums, dont le dernier, « Noita » en 2015 chez Nuclear Blast.

Le seul membre d'origine encore en activité est l'emblematique chanteur et guitariste Jonne Järvelä, accompagné pour cette galette de Matson Johansson à la batterie, de Cane Savijärvi à la guitare, de Jarkko Aaltonen à la basse, de Tuomas Rounakari au violon et enfin de Sami Perttula à l'accordéon.

Alors que vaut ce nouvel opus ? Je pourrais répondre « pas grand chose »… Car malgré tout, il y a du positif, même si dans l'ensemble, il a du mal à transparaître. « Bien mais pas top » (pour ceux qui auront la référence) serait plus approprié. Mais voyons cela plus en détail !

L'album est composé de quatorze titres, ce qui, je trouve est un peu trop. Le mieux est l'ennemi du bien et peut être une dizaine de pistes auraient suffit, tant la lassitude se fait sentir au fur et à mesure des morceaux. Ce premier point fait clairement pencher la balance du côté négatif.

L'album commence par « Neito », une belle introduction donnant une impression mystérieuse, de grand espace sauvage. Dès que le rythme galopant se met en place, impossible de se tromper : la recette de Korpiklaani est toujours la même. C'est soutenu et bien folk en même temps. Le genre de morceaux que l'on voit bien en début de set qui va faire sauter dans les chaumières et dans le pit. Malgré tout, c'est efficace mais sans surprise et les plus fans du groupe apprécierons.

« Korpikuusen Kyynel » est un peu plus original et tape dans l'oreille de belle manière. Ici, pas de galop mais un refrain assez entraînant toujours dans un style très folk sympathique, teinté de quelques références heavy classiques qui se mêlent très bien à l'ensemble. Si l'album avait été plus court et dans cette veine, ma note aurait peut être été plus élevée.

C'est sur « Aallon Alla » que le bat blesse. Dès le début, le titre a du mal à partir. Et pour être tout à fait honnête, il ne part pas et je m'ennui sacrément. Le morceau manque cruellement de cohérence et pendant 4 minutes, c'est sacrément long. Le morceau suivant, « Harmaja » n'aide aucunement, puisque c'est une balade. Soutenue par un solo de violon néanmoins bien mené qui se veut nostalgique, le titre traine en longueur sur cinq minutes ou la voix de Jonne n'est pas toujours juste. C'est dommage car on sent le potentiel bien présent mais la réalisation ne permet pas à l'ensemble de briller.

Le groupe change un peu la donne avec « Kotikonnut ». Bien que les couplets soit un peu mous, ses refrains sont bien entraînants et feront fureur en live. Le reste est très moyen, manquant cruellement de force et d'efficacité. Sur « Korpikkalliota », le batteur lache quelques blast surprenants mais trop timides à mon sens, pour un résultat global très en deçà du potentiel du morceau. Le résultat est moyen, voire mauvais au niveau du chant et laisse, encore une fois, sur sa faim.

« Kallon Malja » est le titre le plus long de l'abum, avec ses presque dix minutes de musique. Et vu l'avis très moyen que j'ai de l'album jusqu'à maintenant, j'ai quelques craintes.
Craintes qui se révèlent vraies, puisqu'encore une fois, c'est d'un manque de dynamisme spectaculaire. Absolument rien dans le titre ne vient contrecarrer la monotonie globale. Les couplets sont lents et longs et les refrains n'offrent aucun changements que ce soit dans le rythme comme dans la mélodie. Seul un pont en milieu de morceau apporte un peu de fraîcheur et d'énervement. En d'autre terme, c'est ch…t et sans aucune prise de risque.

Poursuivons avec « Sillanrakentaja », dont le début tranche avec le morceau précédent. On sent une vrai volonté d'apporter un peu de nouveauté à l'ensemble et c'est plutôt bienvenu. Le début sonne un peu doom et dissonant mais le manque de rythme percutant plombe un peu le titre, avec toujours cette sensation que l'on était vraiment pas loin du très bon, mais qu'encore une fois, le groupe est passé à côté. Dommage !

Les rythmes enlevés typiques de Korpiklaani sont de retour avec « Henkselipoika » et franchement, ça fait du bien ! Malheureusement… le refrain. Mais qu'est ce que c'est que ce refrain ?! Le rythme plutôt dansant du début se retrouve coupé net dès les premières notes pour laisser la place à une ambiance nostalgique mais faiblarde. La fin du morceau prouve néanmoins que ce morceau à du bon : beaucoup plus rythmé et énergique, le refrain est percutant et le groupe parvient à sauver les meubles.

« Pellervoina » est une piste instrumentale pas désagréable, aux sons du violon et de l‘accordéon. C'est efficace, bien folk et pour une fois, on ne s'ennuit pas. C'est très dansant et joyeux, du Korpi traditionnel comme on l'aime et que j'ai du mal à retrouver sur cet opus. Bien !

« Riemu » a clairement la volonté d'apporter un titre fédérateur qui pourra être chanté par le public lors de concerts. Seulement, le constat reste le même : c'est mou, sans originalité et à l'approche de la fin de l'opus, ma patience commence à être mise à rude épreuve.

Je finis par me calmer, car « Kuin Korpi Nukkuva » apporte le moment bagarre de la galette, ou pour une fois, les refrains sont à la mesure des couplets, en contretemps énergiques doublés par le violon à la mélodie plus pessimiste. Sans être révolutionnaire, ce titre permet d'apporter un peu de rythme à l'ensemble qui en manque cruellement. Ce n'est pas non plus le morceau du siècle, mais au point où j'en suis, c'est suffisamment rare pour être noté. Le petit passage tango de fin de titre apporte une touche originale et marrante, qui rend le morceau un peu plus au dessus du reste.

Même constat pour « Juomamaa », le rythme bien soutenu en fait un titre qui sort un peu du lot.
Encore une fois, c'est efficace mais sans originalité, le genre de morceau qui ne déçoit pas mais qui ne révolutionne pas non plus. Un bon cru en live, qui ne manquera pas de faire bouger les foules sur les prochains festivals estivaux.

Enfin, « Tuttu On Tie » est un morceau calme qui vient clore ce laborieux album. Une longue introduction instrumentale laisse place à un couplet et un refrain lents, moroses et sans grande originalité, à l'image du reste des titres en quelque sorte. Le tout fini par traîner en longueur, répétitif et sans reliefs. Dommage de terminer l'album là dessus, qui de toutes façons partait plutôt mal dès le début. C'est le coup de dague fatal qui fini d'achever complètement l'opus…

Bilan de cette galette : une déception. C'est mou, pénible et très redondant. Comment ce groupe qui, il a quelques années avait sorti des titres énergiques, irrésistibles, rythmés, diablement efficaces et dansants tels que « Rauta », « Ieva's Polka », « Vodka », « Let's Drink » ou encore « Metsämies » a pu tomber si bas dans la monotonie ?

« Kulkija » possède quelques morceaux qui sortent néanmoins du lot, comme « Neito », « Pellervoina », « Kuin Kurpi Nukkuva » et « Juomamaa », mais qui ne feront pas date dans l'histoire du groupe, en comparaisons des perles que l'on peu trouver sur « Tervaskanto » (2007), « Korven Kuningas » (2008) ou le plus récent « Manala » (2012).

Le plus embêtant reste que la plupart des morceaux de ce « Kulkija » ont un potentiel non exploité par le groupe. Le manque de risque est palpable et le résultat global s'en ressent. Le groupe reste sur ses acquis et les uses jusqu'à la fin, quitte à tout gâcher. Et la fin, justement se fait sentir !

J'espère sincèrement que Korpiklaani, qui est un groupe créatif et qui nous a prouvé à maintes reprises sa capacité à créer des titres efficaces, rythmés et fédérateurs se réveillera et nous présentera dans ses réalisations prochaines des titres moins éteints et basiques.