Chroniques

Night goes on for days
United Rock Nations

KORITNI

12 titres
Rock
Durée: 50 mn
Sortie le 18/05/2015
6249 vues
Formé en 2006 par Lex Koritni après le projet « Green Dollar Colour », Koritni est un combo austra-lien jouant un hard rock traditionnel, sans concessions, mais diablement efficace. Après l'encourageant « Lady Luck », le chef d'oeuvre « Game Of Fools » et le très bon « Welcome To The Crossroads », le groupe n'a eu de cesse de gravir les échelons. Il faut dire que ces mecs en veulent, sont de très bons musiciens, très sympathiques au passage, mais surtout, ils sont considérés, à l'instar de leurs cousins d'Airbourne, comme le nouvel espoir montant du hard rock. Très appréciés en France (la présence du guitariste franchie Eddy Santacreu y est peut être pour quelque chose), les salles (même si ce n'est pas des Bercy) affichent quasi complet à chacun de leurs passage.

Après des premières parties prestigieuses (Motley Crue ou encore Scorpions), un Hellfest 2012, et une tournée accompagnée de Manu Livertout et Vivi Brusco, Koritni se décide à sortir son 4ème essai, « Night Goes On For A Day ». Comme je le disais plus haut, là où les deux premiers albums livraient un hard rock traditionnel proche de ce que pourrait faire des groupes comme AC/DC, Guns n' Roses ou encore Aerosmith, « Welcome To The Crossroads », lui, apportait déjà une touche plus southern, plus américaine à l'ensemble mais on sentait que le groupe se cherchait un peu.

« Night Goes On For Days », quelque part, est la continuité de ce dernier. Sauf que là, le groupe s'est trouvé. Et il s'est BIEN trouvé. C'est simple, on démarre en trombe avec l'excellent « Horns Up » et on en prends plein la tronche jusqu'au dernier titre qui porte bien son nom, « Waking Up The Neighbours ».

Ce qui est extraordinaire avec cet album, c'est qu'on voyage dans tout le sud des Etats-Unis. Les guitares acoustiques sont de sortie et sont très présentes tout au long de l'album, avec des titres comme « Carousel » et son rock à la Jimmy Barnes, « Woman In Love » qui ferait penser à un « Wanted Dead Or Alive », le superbe « Little Man ».

Avec le duo « The Mississippi Delta/Water Of Life », on se croirait au 19ème siècle sur le chantier de construction d'un chemin de fer, sur un titre proche de Status Quo (Tiens, d'ailleurs, John Coghlan vient marteler les fûts sur ce titre).

Le reste de l'album est un sans faute et on retiendra des titres comme « Try To Live (A Little Bit) », « Rock'n'Roll Ain't No Crime » ou encore le single « Seal The Deal » avec Vivi Brusco et Farid Medjane en guest.

Bref, cet album est une franche réussite. Il est un peu déstabilisant au début car l'orientation musicale est à part dans la discographie de Koritni. Mais une fois écouté, l'envie de se le repasser du début (et encore plus fort !) est là et l'album apparaît comme un des meilleurs du groupe. Pour ma part, direction le bayou en Louisiane !