King Of The North
Enora
Journaliste

WOLFHEART

« "King Of The North" est un album tout à fait à la hauteur de ce qu'on peut attendre de la part d'un groupe comme Wolfheart dont le talent se condense sur l'excellente 'Headstones' ! »

9 titres
Melodic Death Metal
Durée: 49 mn
Sortie le 19/09/2022
183 vues

Wolfheart est né en 2013 comme le projet solo de Tuomas Saukkonen avant qu'il soit rejoint, un an plus tard, par Lauri Silvonen à la basse et Joonas Kauppinen à la batterie. Après l'album "Winterborn" de 2013, le jeune groupe dévoile "Shadow World" en 2015 puis "Tyhjyys" en 2017 et "Constellation of the Black Light" un an plus tard. En 2020, Vagelis Karzis vient remplacer Mika Lammassaari à la guitare lead alors que sort l'album "Wolves of Karelia". Il a désormais un successeur, "King Of The North" que nous allons découvrir sans tarder !

'Skyforger' débute par quelques notes de piano qui résonnent dans le silence, d'abord menaçantes puis plus douces, annonçant l'arrivée de la guitare et de la batterie. La délicatesse de cette ouverture laisse penser que Wolfheart a encore gagné en maturité, voyons si la suite confirme cette impression ! De manière assez inattendue, la voix claire de Vagelis Karzis (qui manque un peu d'assurance) surgit, en réponse au scream du frontman, Tuomas Saukkonen. Il y a déjà un mois, le groupe dévoilait 'Ancestor' en collaboration avec Jesse Leach, le chanteur de Killswitch Engage. Sans être transcendant, le titre gagne à ce jeu à deux voix qui apporte de la hauteur et de l'élégance à une ligne rythmique effrénée. Peut être moins Melodeath et plus mystique, 'Knell' constitue un apport intéressant aux compositions du groupe, que ce soit par sa ligne chaloupée ce clavier, pas son dépouillement, ou pas son chant clair plus assuré et qui complimente la ligne de guitare.

Sans prévenir, Wolfheart se déchaîne sur 'Desolated Land', avec malheureusement un mixage un peu brouillon qui ne permet pas de pleinement profiter également de l'ensemble des éléments de la composition. Plus lente et hypnotique, la chanson 'The King' arrive à point nommé pour marque le contre-coup et rappeler toute la puissance maîtrisée qu'on devine dans la musique du groupe. Comme les très bons groupes de cette scène musicale savent le faire, c'est finalement par la pudeur qu'on prend la mesure de la richesse émotionnelle que renferment leurs morceaux. Tout comme pour 'Desolated Land', 'Cold Flame' démarre au quart de tour, ce qui nous permet de souligner l'intensité du jeu de batterie de Joonas Kauppinen tout au long de cet album. On se retrouve à agiter la tête en rythme sans même s'en apercevoir alors que le riff de guitare nous rentre dans l'oreille : succès assuré !

Avec 'Headstones', nous replongeons aux racines du Melodic Death Metal que ce soit grâce à la rythmique qui nous entraîne sans effort, les riffs et soli de guitares délicatement ciselés, les orchestrations et effets de chœur qui apportent de l'ampleur au morceau, le scream rauque et engagé, les paysages mentaux qui se dessinent sous nos paupières closes à l'écoute de ce titre... 'Fires Of The Fallen' continue dans cette direction avec une performance vocale de toute beauté soutenue par les guitares et la basse de Lauri Silvonen. Le groupe poursuit dans cette veine pour conclure leur opus avec 'Eternal Slumber', une chanson agréable mais moins marquante que les deux précédentes, peut être parce qu'elle peut donner l'impression de manquer de profondeur en comparaison.

"King Of The North" est un album tout à fait à la hauteur de ce qu'on peut attendre de la part d'un groupe comme Wolfheart. Les amateurs de Melodic Death Metal y retrouveront tous les éléments d'une bonne production du genre, musicalement et émotionnellement, bien que les Finlandais ne s'aventurent pas trop hors de leur zone de confort. On appréciera l'homogénéité de l'ensemble ainsi que le raffinement particulier de morceaux comme 'Headstones'.