Killer Machine
Herger
Journaliste

SPIDERS

«Un album qui confirme le talent des Araignées.»

11 titres
Rock
Durée: 41 mn
Sortie le 06/04/2018
3953 vues
Les suédois de Spiders reviennent après quelques années d'absence pour notre plus grand plaisir, avec ce nouvel opus qui se nomme « Killer Machine ». Ils sont originaire de la ville de Göteborg, dans le sud de la Suède d'ou provient une grande partie des groupes connus suédois tels que Avatar, Dark Tranquility ou encore In Flames et At The Gates, sans pour autant jouer le même style de musique. Ils se sont formés en 2010 et ont déjà réalisés deux LP en 2010 et en 2014.

Je vais vraiment commencer à croire que la jeunesse suédoise n'écoute que du rock seventies car ce que fait Spiders respire cette époque, de la musique jusqu'aux tenues vestimentaires, mais également sur la pochette de l'album.

Les référence de Spiders sont évidentes avec les groupes classiques du genre Black Sabbath, Led Zeppelin et aussi Motörhead avec ce côté rock'n'roll et ses petites touches punk par-ci par-là.

Cela s'entend par l'utilisation de riffs simples mais efficaces qui possèdent un côté sauvage, joués souvent sur des rythmes enlevés qui vont vous faire bouger la tête. Cela rappelle aussi la discographie d'Honeymoon Disease, un autre combo originaire de Göteborg.

La voix d'Ann Sophie tient la route, dans un registre plus roots que celle d'Elin de Blues Pills, une des références du style. Le groupe fait du bon boulot au niveau des passages chantés avec d'excellents refrains accrocheurs, à la limite de la pop.

Citons les titres les plus représentatifs.

''Shock And a Alive'' entame ce très bon « Killer Machine » car il vous met dans le bain directement avec ses riffs acérés et rock'n'roll. De plus, Ann Sophie chante comme une diablesse avec ce petit côté sexy qui convient à la musique de Spiders et un putain de solo rock'n'roll couronne le tout.

''Killer Machine'' va dans un registre plus modéré, mais les guitares ont la part belle avec une bonne prestation d'Ann Sophie, surtout sur les refrains entraînant.

Je n'oublie pas de parler de la ballade mélancolique ''Don't Need You'', avec un petit côté bluesy loin d'être dégueulasse. La voix d'Ann Sophie se fait plus envoûtante et émouvante.

''Heartbreack'' clôt de belle manière ce ''Killer Machine''. Il reste dans la lignée de l'ensemble de l'album mais la particularité de ce titre est l'utilisation de l'harmonica qui lui donne un côté très bluesy.

Un album qui confirme le talent des suédois de Spiders. Fans de vintage, allez-y !