Смерть сумасшедшего
Herger
Journaliste

KGB

«Cette réalisation est de bonne facture et permet d écouter un des premiers groupes de la Scène Metal Russe. Dommage que le son ne rend pas justice aux compositions de qualité.»

77 titres
Progressive Thrash Metal
Durée: 77 mn
Sortie le 15/02/2019
1786 vues
AUTOPRODUCTION
Pour cette nouvelle chronique, nous allons nous intéresser à un groupe qui se nomme ''KGB'' et comme son nom l'indique, il est bien originaire de Russie. C'est le Label russe Metal Race qui sort cette réédition de 1989. Cela fait 30 ans que ça a été sorti et cet album est la démo du groupe ''KGB'' faîtes en 1989.

Pour replacer dans le contexte de l'époque et de l'Ex- U.R.S.S. (Russie) toujours sous le joug du communisme, de la guerre froide et rejetant l'Occident ; La musique Rock et Metal étaient perçues comme de la musique occidentale donc perturbatrice, incitant à la rébellion, musique subversive. Seuls les groupes tel que Scorpion ou U2 y avaient joués.C'est dans ce contexte que le groupe KGB a vu le jour et a sortit sa première démo (en 1989). Depuis cette démo, plusieurs albums ont été enregistrés. En regardant dans Metal Archives, aucune information si ils existent toujours...

Revenons à cette réédition : en regardant la photo du groupe à l'époque, on ne les voit pas faire du Glam Rock ou du Hair Metal, même leur look tient du Trash et de l'extrême, L'écoute des titres le confirment aussi. Les références vont au Trash américain et plus précisément à celui de la Baie de San Francisco avec des groupes comme Exodus mais c'est l'influence de Metallica qui est la plus palpable comme nous pouvons l'écouter sur « Val's ». On retrouve cela par l'intermédiaire de lignes de guitares incisives ou le chant se fait erruptif mais pas encore dans un mode Growl. Le groupe part même dans des contrées plus lourdes qui se rapprochent du Doom. Mais on trouve des influences Death avec l'utilisation de Growls bien crûs sur fond de riffs accrocheurs et agressifs joués sur un tempo rapide comme le groupe nous le propose sur « Tanki » qui nous fait même bénéficier d'un passage groovy.

Mais là où les russes sont remarquables, c'est dans les morceaux longs où les structures sont réfléchies et abouties. On se croirait même dans du Trash Death Prog avant l'heure. L'un des meilleurs exemples reste « Tanki », morceau durant plus de 12 minutes avec sa structure en tiroirs ou le groupe propose différents thèmes qui vont du Death en passant par des moments plus sombres et moins extrêmes.

Par contre, quelque chose de vraiment dommage, provient de la production qui est vraiment pourrie qui ne met absolument pas en valeur les compositions et cela se ressent tout au long des titres car on a du mal à rentrer réellement dans les morceaux.

Cette réalisation est de bonne facture et permet d'écouter un des premiers groupes de la Scène Metal Russe. Dommage que le son ne rende pas justice aux compositions de qualité.
KGB
Plus d'infos sur KGB
Progressive Thrash Metal