IN HEARTS WAKE
Plus d'infos sur IN HEARTS WAKE
Metal Hardcore

Kaliyuga
Enora
Journaliste

IN HEARTS WAKE

«Les bonnes idées sont foules, la réalisation est propre, et surtout la performance est honnête et engagée ; In Hearts Wake est en bonne voie !»

13 titres
Metal Hardcore
Durée: 41 mn
Sortie le 07/08/2020
550 vues

Formé en 2006, In Hearts Wake est un groupe australien de la scène Metacore/Hardcore, qui compte déjà quatre albums à son actif : « Divination » (2012), « Earthwalker » (2014), « Skydancer » (2015), « Ark » (2017). Après près de trois ans de silence, qui s’expliquent en partie par des tournées à répétition, le groupe est retourné en studio pour nous dévoiler « Kaliyuga » !

Le talent du groupe à signer une introduction autant groove que pleine de sens est à souligner tant ‘Crisis’ pose les bases de l’album tout en envoyant un message fort en reprenant le discours, désormais iconique : « Our house is on fire ». Avec ‘Worldwide Suicide’, le frontman, Jake Taylor, impose sans peine son timbre sec alors qu’In Hearts Wake s’affirme pleinement dans la veine australienne du Metalcore/Hardcore. Ces deux premiers morceaux sont très courts, ce qui accroît d’autant leur impact, alors que ‘Hellbringer’ donne à voir une performance plus classique sur laquelle on retrouve d’ailleurs Jamie Hails du groupe Polaris. Certains ont les balades Metalcore en horreur, et pourtant il serait tellement dommage de passer à côté de ‘Moving On’ qui propose de belles variations d’atmosphère.

Avec ‘Timebomb’, In Hearts Wake donne très franchement dans une proposition old school dont le charme tient pour beaucoup à la rythmique chaloupée proposée par Kyle Erich à la basse et Conor Ward à la batterie ! On revient vers quelque chose de plus contemporain avec ‘Son Of A Witch’ où la performance du duo vocal qui anime le groupe mérite, une fois encore, d’être signalé. La participation de Georgia Flood à ‘Crossroads’ apporte une touche intéressante bien plus dans l’audace de la composition que dans le grain de voix, finalement assez banal.

Ce qu’on pressentait avec le titre précédent se confirme sur ‘Husk’ puisque le groupe semble connaître une petite baisse de régime… En quelques secondes, ‘Nãgá’ place « Kaliyuga » dans un registre autre, bien plus profond et intrigant, qui redonne espoir quant à la fin de l’écoute, ce que ‘Force Of Life’ confirme ! Nouvelle collaboration avec ‘Iron Dice’ où on retrouve Randy Reimann pour une chanson qui nous entraîne dans les tunnels d’un univers inconnu mais plus que séduisant par sa complexité labyrinthique. Les guitares de Eaven Dall et Ben Nairne font des merveilles sur la très bien nommée ‘Dystopia’. ‘2033’, la conclusion, est à la hauteur du reste de l’opus, franche et percutante !

« Kaliyuga » est, dans l’ensemble, un excellent album de Metalcore/Hardcore, qui connaît cependant un petit ralentissement en milieu de course, ce qui ne permet pas de pleinement l’apprécier à sa pleine valeur. Les bonnes idées sont foules, la réalisation est propre, et surtout la performance est honnête et engagée ; In Hearts Wake est en bonne voie !