Kaabalh
Shades Of God
Journaliste

KAABALH

«Une fois de plus Dolorem Records tape juste et fort avec sa nouvelle signature, ce premier opus de Kåabalh est un hymne de non-joie et de désolation qui ravira les fans de Death / Doom les plus exigeants»

6 titres
Death Metal
Durée: 40 mn
Sortie le 26/10/2018
2359 vues

Dolorem Records serait-il devenu dénicheur de talents ? C'est une question qu'on peut se poser quand on regarde et écoute son roster de plus près. Après la tempête Storm Upon The Masses et son puissant « The Ones Who Came Back », c'est au tour d'une autre formation de faire ses premiers pas avec le label Français, les Havrais de Kåabalh. Attention, c'est du brutal, les gaillards ne sont pas là pour beurrer les sandwichs, vous voilà prévenus.

Quelque part entre le Death old School de tradition et l'écrasant Doom, Kåabalh est un groupe qui ne fait pas dans la dentelle, leur mission ? Délivrer une musique lourde et puissante qui fait peu à peu glisser l'auditeur vers les tréfonds des enfers. 6 titres pour une quarantaine de minutes d'un Metal résolument orienté Death qui incorpore pas mal d'éléments Doom pour un rendu extrêmement convaincant qui n'est pas sans rappeler parfois Incantation ou encore Grave Miasma. Kåabalh ne prend pas l'auditeur en traite, il ne tergiverse pas et c'est avec une force redoutable que 'Cabal' annonce la couleur de ce premier effort, riffs lourds, vocaux caverneux, basse ultra présente, le tempo est lent et hypnotique. Kåabalh sait faire mal sans forcément être violent à outrance, il suffit simplement de faire venir sa victime et de resserrer l'étreinte au bon moment. 'Acheron' vous fera le même effet avec un très joli soli en prime, quant à 'Dark Wrath of a New God' lui, montre une autre facette de Kåabalh avec une approche plus sèche, plus agressive, aussi bien dans le coeur de la musique que dans les ambiances dégagées. Un véritable récital made in Death Metal old school comme on pouvait le faire au début des 90s. C'est à ce moment qu'on comprend que nous sommes entrés dans une sorte de spirale infernale où tout est négatif et que la lumière a cessé de briller il y a bien des lunes. Kåabalh possède cette rare faculté à détruire sans forcément frapper fort, l'approche est plus sournoise et malsaine, elle attaque et ronge l'âme petit à petit en insufflant la mort au fil que s'égraine les longues minutes de ses titres. Ce n'est très certainement pas 'Death's Ovation' en clôture de l'album qui prouvera l'inverse, près de 10 minutes d'un Death / Doom pachydermique totalement étouffant qui met en exergue tout le savoir-faire d'un groupe qui visiblement ne supporte pas la joie et ne souhaite qu'installer le chaos.

Une fois de plus Dolorem Records tape juste et fort avec sa nouvelle signature, ce premier opus de Kåabalh est un hymne de non-joie et de désolation qui ravira les fans de Death / Doom les plus exigeants. Tentez l'expérience, un titre est en écoute juste en dessous, il suffit de cliquer pour doucement glisser vers des fonds qui n'ont jamais vu la moindre lumière.

KAABALH
Plus d'infos sur KAABALH
Death Metal