ASPHODELE
Plus d'infos sur ASPHODELE
Black Metal

Jours Pâles
Beleth Ars Goetia
Journaliste

ASPHODELE

«''Jours Pâles'' d'Asphodèle divisera. Sa musique s'étend bien au delà du Black Metal mélancolique et le résultat obtenu est indéniablement complexe. Sans pour autant renier la qualité musicale intrinsèque, cet opus ne m'a pas convaincu.»

8 titres
Black Metal
Durée: 39 mn
Sortie le 01/11/2019
1454 vues

Nous nous attaquons a un sujet interessant aujourd'hui. Asphodèle.

Asphodèle, c'est un duo français porté par Spellbound (Aorlhac) et Audrey S. (ex-Amesoeurs, ex-KPN, Malenuit) tout droit sorti de l'écurie LADLO. Les deux musiciens sont complétés en studios par un casting de choix, notamment Stefan Bayle à la guitare (ex-Anorexia Nervosa, Au Champ des Morts), Sebastien Papot à la batterie (Au Champ de Morts), Christian Larsson à la basse (ex-Apati, ex-Shining, Gloson) et enfin Graf de Psychonaut 4 en guest.

Le style d'Asphodèle est décrit par son label comme un Black Metal mélancolique, mais des influences beaucoup plus vastes se font vite ressentir, si bien que cet opus risque de partager les foules.

'Candide', titre instrumental ouvre le bal avec sa mélodie bercée de tristesse et de nostalgie et entrecoupée en plein milieu par un simple à glacer le sang (je vous laisse découvrir). Puis, arrive 'De Brèves Etreintes Nocturnes'.
Le morceau s'ouvre sur la voix claire d'Audrey S. doublée par celle de Spellbound débitant les paroles sur une mélodie électrique rappellant les grandes heures… du rock indépendant des années 2000. Cette fusion, pour le moins étrange plaira, ou pas. Certains passages plus agressifs rappellent la filiation au Black, qui se perd rapidement. Même constat sur 'Gueules Crasses' ou la mélancolie est certes présente, mais manque de force et de tripes, ou encore sur 'Réminiscences'. Seul 'Refuge' réussi à envoyer suffisamment de patate pour dynamiser l'ensemble.
'Nitide' évolue sur un registre beaucoup plus dépouillé, accompagné simplement d'arpèges et de rythmes plus électroniques, qui finalement servent mieux le propos. Le côté mélancolique, froid et noir est ici beaucoup plus assumé et fonctionne presque mieux.
'Décembre', qui clôt l'album est le morceau le plus convaincant, malgré un refrain… très rock'n'roll.

Sans pour autant renier la qualité musicale intrinsèque, ''Jours Pâles'' d'Asphodèle n'aura pas réussi à m'avoir, malgré une écoute attentive et un total dévouement. Bien que caractérisé Black mélancolique, cet opus donne plus une impression de survivance de rock indépendant français des années 2000, en plus agressif. Comme dit en début de chronique, cet album divisera. Certains seront tout de suite conquis par ce mélange d'ambiance rock, nostalgique, soulignée de synthé et de voix claire et seront touché par la sensibilité dégagée et d'autres (comme moi) auront grande peine à entrer dans cet univers, certes sensible et singulier, mais manquant un peu de saveur.

''Jours Pâles'' est indéniablement difficile à border et donc à conclure. S'il on veut faire simple, amateurs de TNBM sale et méchant, de scream et d'ambiances froides, poignantes, fortes et sans concession, passez votre chemin, vous n'y trouverez pas votre compte. Si au contraire vous appréciez le Black plus actuel, les univers poétiques et badants, le chant clair et les mélodies plus rock, tentez votre chance. Cet opus fait la part belle a une certaine sensibilité qui touchera son auditeur. Ou pas.