Black Labyrinth
Fred H
Journaliste

JONATHAN DAVIS

«Premier disque solo du frontman de KoЯn : Titres efficaces et bien ficelés mais aussi expérimentations montrant d'autres facettes moins connues du chanteur»

13 titres
Metal / Progressive / Rock / Experimental
Durée: 52' mn
Sortie le 25/05/2018
3828 vues
Abstraction faite de Alone I Play en 2007 (revisite live de morceaux qu'il à écrit pour le long métrage Queen Of The Damned et de compositions de KoЯn rarement jouées), le voici, le voilà enfin le premier effort en solo de Jonathan Davis. Ça faisait une décennie que notre lascar au kilt planchait dessus. Pourquoi donc si longtemps pour livrer cette rondelle me direz-vous ? Les raisons étaient multiples : problèmes de label et de management, priorités données aux albums et aux tournées aux quatre coins du globe avec son multi-certifié combo... Et puis, initialement, notre vocaliste avait travaillé avec notamment Shane Gibson (guitariste des concerts de KoЯn entre 2007 à 2010) pour le projet J.D. S.F.A. [Jonathan Davis and the Simply Fucking Amazings]. Malheureusement le destin en a destiné autrement car le six-cordiste est décédé en 2014, à l'âge de 35 ans, d'un fatal caillot de sang. Cette association n'étant plus possible, ce sera donc finalement un disque sous son propre nom.

Le treizième opus studio des californiens (The Serenity Of Suffering date de 2016) se faisant attendre, Davis en a donc profité pour finir son skeud pour de bon. Par contre, à l'inverse des productions de son groupe de nu metal qui sont enregistrées durant de longues semaines, JDevil a décidé de capter ses compos dans des conditions live. Pour l'épauler, notre bonhomme s'est entouré du bassiste Miles Mosley (Kamashi Washington) ainsi que Ray Luzier (KoЯn) aux baguettes.

L'adepte des survêtements A.D.I.D.A.S. a voulu proposer « une sorte d'hybride un peu fou » de ses influences issues d'horizons divers. Fédérateur avec son refrain catchy, l'entame ''Underneath My Skin'' est clairement taillé pour la scène. Certains titres rappellent évidemment qui-vous-savez (le très pêchu ''Everyone'', ''Walk On By'', …) mais notre larron a choisi d'élargir son spectre musical. L'atmosphérique ''Final Days'' offre de subtiles sonorités indiennes avec sitar et tabla (paire de fûts de l'Inde du Nord). On retrouve également ces instruments traditionnels (ainsi que quelques autres d'ailleurs) sur des pistes comme le mélodique ''Basic Needs'', le presque Nine Inch Nails-ien ''What You Believe'' ou encore sur l'expérimental ''Gender''.

L'homme au pied de micro signé HR Giger saupoudre avec délectation des éléments de différents styles : De l'électronique sur ''Medicate'' voire carrément de l'ambiant pour ''Please Tell Me'', des nuances de gothique avec ''The Secret'', quelques accents d'indus pour ''Happiness'' et même un brin de pop radio pour ''Your God''.

Au niveau des textes, Davis se dévoile beaucoup. Il aborde tour à tour sa relation avec la religion, son regard sur le consumérisme (« mode de vie lié à la consommation ») et sur l'apathie (« indifférence à l'émotion, la motivation ou la passion »). Il parle également de son propre vécu, que ce soit son expérience du protocole Ganzfeld (utilisé pour étudier les perceptions extra-sensorielles, et plus particulièrement la télépathie) ou bien de moments plus personnels de son passé. Ainsi, sur ''What It Is'' (présent dans la bande originale du film American Satan), J.D. explique que la seule façon de traverser la vie sans souffrir est d'arrêter de fuir ces problèmes. Il faut au contraire les affronter de front et trouver des solutions. On a tous nos démons et nos douleurs.

Voulu diversifié et progressif, Black Labyrinth représente une évolution naturelle pour Jonathan. Un voyage « d'éveil » positif et sincère venant de son subconscient. Les fans de la formation originaire de Bakersfield retrouveront toujours cette voix familière, des chansons efficaces et bien ficelées mais aussi des expérimentations montrant d'autres facettes moins connues du chanteur. Pour les autres, bah … joignez-vous sans crainte à ces aficionados vous ne le regretterez assurément pas.

JONATHAN DAVIS
Plus d'infos sur JONATHAN DAVIS
Metal / Progressive / Rock / Experimental