It's Okay To Talk
Fred H
Journaliste

ALLUSINLOVE

«Basé sur un rock indé aux accents pop psyché pleinement assumés, ce « It's Okay To Talk » demeure globalement bien ficelé et plutôt attrayant»

11 titres
Rock
Durée: 43'17 mn
Sortie le 07/06/2019
210 vues
GOOD SOLDIER SONGS
De 2012 à 2016, 4 lascars du Yorkshire, nommés Allusondrugs se sont faits une solide réputation au sein de la scène musicale anglaise grâce à leurs 2 EPs (+ quelques singles) et tout un tas de gigs dans leur contrée. Après une période de silence de 2 piges voulue par le combo, le quatuor est de retour sous le blase de Allusinlove. Exit donc les « drugs » (terme un rien provocateur et jugé trop subversif par certaines radios) et place au « Love ». De l'amour bordel.

Pour leur come-back, les britanniques ne se font pas avares. En quelques mois se sont enchaînés un EP 4 titres « All Good People » (avant-goût de plages du futur opus en préparation), un « Live From Leeds » enregistré en public au Brudenell Social Club (là encore avec 8 morceaux du prochain skeud studio) et désormais le premier effort longue durée. Ce « It's Okay To Talk » rassemble donc des pistes extraites du format court sorti précédemment, des revisites de chansons issues de leur passé et de quelques nouvelles compositions. Ne faisant pas les choses à moitié, la petite bande à décider de collaborer avec les producteurs Catherine Marks (The Foals, Arno, The Killers) et Alan Moulder (Depeche Mode, U2, Placebo, Foo Fighters, Queens Of The Stone Age, Nine Inch Nails, The Smashing Pumpkins). Les deux pointures de la console leur ont concocté un son moderne et bien rock faisant la part belle aux compos.

La quasi intégralité du disque distille un rock dynamique lorgnant vers la pop british à la Stone Roses (le titre éponyme), louchant un chouia sur le psychédélique ('The Deepest') et s'aventurant légèrement même vers le punk ('Sunset Yellow'). En ce qui concerne les influences (en tous cas les plus notables), les gars de Castleford ne peuvent pas renier leurs accointances avec certains de leurs compatriotes (on pense entre autres à The Manic Street Preachers) mais aussi avec des formations comme Jane's Addiction ('Lucky You', l'hypnotique 'Bad Girls' basé sur une bouche de riff de gratte, 'Full Circle'). Les zicos semblent s'éclater. Le batteur Connor Fisher-Atack tient ferme la baraque (l'énervé 'Happy Eyes'), la 4-cordes de Jemal Beau Malki vrombit ('I'm Your Man') et le sixcordiste Andrej Pavlovic alterne riffs énergiques et expérimentations ('Lover I Need A Friend'). Pas en reste, le guitariste-hurleur Jason Moules délivre de chouettes mélodies sensuelles et entêtantes ('All My Love') entrecoupées de phrasés lascifs ou plus tranquilles. Pour les textes, le bonhomme nous parle d'amour et de sentiments (les relations amoureuses, le désir, le sexe) mais aussi de positivité (le radio friendly et tubesque 'All Good People').

Basé sur un rock indé aux accents pop psyché pleinement assumés, ce « It's Okay To Talk » demeure globalement bien ficelé et plutôt attrayant. Le 17 juillet prochain, Allusinlove fera une nouvelle escale à Paris (date à La Cigale en 1ère partie de Skunk Anansie). Ne les ratez pas...