DENOMINATE
Plus d'infos sur DENOMINATE
Progressive Death Metal

Isochron
Enora
Journaliste

DENOMINATE

«Denominate se démarque par ses talents de raconteurs d’histoire autant que par sa maîtrise musicale, faisant de « Isochron » un album tout à fait honorable pour les amateurs du genre»

7 titres
Progressive Death Metal
Durée: 56 mn
Sortie le 24/07/2020
266 vues

Si, entre 2009 et 2015, Denominate s’appelait Encrypted, ce sont bien les mêmes musiciens qu’on retrouve sur les deux projets ainsi que la même volonté de s’inscrire sur une lignée Death progressif. Une fois rebaptisé Denominate, le groupe finlandais dévoile un premier EP, « Realms of Confusion » (2015), suivi, un an plus tard, d’un premier album intitulé « Those Who Beheld the End » (2016). Près de quatre ans plus tard, voici « Isochron », leur dernière création.

Pour une fois, ce n’est pas une entrée en matière déchaînée qui nous est proposée avec ‘The Chains’, mais bien quelque chose de lent et puissant. La batterie de Joni Määttä trouve ici le terrain parfait pour s’exprimer sur différents registres, ce qui laisse présager du bon en ce qui concerne les propositions rythmiques. Sur ‘Departure’, les guitares de Eetu Pylkkänen et Kimmo Raappana se font mystérieuses et mystiques avant d’être rattrapées par le reste du groupe à travers une composition plus franche et engagée. Dans un crescendo plutôt bien pensé, Denominate passe au niveau supérieur avec la tourbillonnante ‘Abandoned’ qui, comme les précédents morceaux, conserve un style très mélodique.

Avec ‘Succession’, Denominate revient sur les tonalités plus obscures qu’on pressentait dès les titres d’ouverture, permettant à la basse de Tuomas Pesäla d’étaler sa présence en soutien aux guitares. Très aboutie et travaillée, ‘Succession’ est une proposition réussie sur la forme comme sur le fond qui a le mérite de donner à voir un groupe qui fait corps pour proposer un aperçu de son univers. Comme depuis le début de l’opus, Ville Männikkö assume pleinement son rôle de frontman et offre une prestation convaincante. La bien nommée ‘Desolation’ nous entraîne ensuite à travers une chanson aussi visuelle qu’auditive qui se poursuit avec davantage de douceur sur ‘The Chronicler’. La conclusion se fait avec le morceau éponyme, peut être le plus fortement Prog de l’opus.

Denominate se démarque par ses talents de raconteurs d’histoire autant que par sa maîtrise musicale, faisant de « Isochron » un album tout à fait honorable et intéressant pour les amateurs du genre, bien que le groupe donne finalement presque plus dans le Melodic Death Metal que dans le Progressive Death Metal, mais ce n’est qu’une guerre de chapelles diront certains.