ACOD
Plus d'infos sur ACOD
Black Death Metal

Inner Light
Anibal BERITH
Journaliste

ACOD

«En seulement trois titres, AcoD nous gratifie d'une montée en puissance évidente empruntant une ligne musicale plus directe et obscure...»

3 titres
Black Death Metal
Durée: 11 mn
Sortie le 28/10/2016
5358 vues
AUTOPRODUCTION
Une grosse année pour les marseillais d' AcoD qui ont sillonné la France en compagnie de Dagoba et Bukowski pour le Metal Obs' Tour et qui nous ont gratifié d'un show dantesque au HellFest Klub la veille de l'ouverture du plus grand festival Metal d'Europe. Et voilà qu'en pleine préparation de leur quatrième album, Fred, Chris, Raph, JB et Jérôme nous pondent un Ep de trois titres manière de nous faire saliver de ce qui nous attend dans quelques mois!

Toujours amené par Shawter et son perfectionnisme, c'est au Eagle Black Studio que "Inner Light" a été enregistré par le leader charismatique de Dagoba. Le mixage et la mastérisation ayant été confiés à HK au Vamacara Studio (Otargos, Volker, Aksaya, Antropofago...). Un artwork apocalyptique sublime réalisé par Flôw R Yân Chrômâ que je vous laisse découvrir dans l'illustration de cette chronique et qui d'entrée pose les jalons d'un univers sombre et dévastateur.

C'est donc sur plus de 10 minutes et trois titres que les marseillais nous emportent dans un raz de marée brutal et mélodique aux plans épiques, marque de fabrique incontestable du groupe que j'ai pu découvrir lors du précédent opus "II The Maelstrom".

Dès le premier titre, le titre éponyme, on sent une montée en puissance du quintet par rapport aux précédentes productions avec un son plus tranchant et plus direct. L'intro est efficace, les riffs sont gras et accompagnés d'une rythmique mélodieuse. Fred a encore peaufiné son growl qui est plus profond. Ca joue fort et ce qui prime c'est la variété du morceau qui s'emploiera à positionner un plan thrash bienvenu sur un tempo délivré par Raph, toujours bien équilibré entre vitesse et mid, poussant l'auditeur à headbanguer et à ne pas se lasser puisque toujours pris au dépourvu. Au fil des secondes, 'Inner Light' glisse à mi-parcours vers quelque chose de plus mélodique et épique par l'emploi de samples conférant ainsi une atmosphère plus sombre .

S'enchaine tout naturellement 'And Darkness Around', aux riffs plus heavy au premier abord et à la rythmique mélodiquement envoûtante. La basse est plus de mise ici et le titre glisse vers un univers plus black metal au 2/3 alliant ainsi une mélodie à la fois épique et mélancolique tout en sachant conserver la ligne mélodique principale de la chanson.

'Black Creed' nous embarque vers quelque chose de plus martial au départ pour rapidement dévier vers des riffs plus directs. On ressent ici les influences musicales du précédent album avec une mélodie entrainante et un growl plus hurlé et chanté. L'ambiance est très proche du heavy metal, le gros son en plus qui caractérise parfaitement le death mélo des faucéens. Pas de blast beat mais un rythme soutenu avec un plan deathcore à mi-course virant vers une ambiance plus épique et mélancolique par la suite.

Après trois albums qui ont démontré la montée en puissance d' AcoD, cet Ep caractérise les prémisses d'un album qui montera encore le niveau d'un cran du quintet! En seulement trois titres, on ressent déjà l'évolution des marseillais qui se professionnalisent en délivrant une musique techniquement propre et artistiquement très aboutie marquant une nouvelle voie dans la carrière des faucéens, une voie plus obscure et radicalement efficace. Vivement le quatrième opus !

Anibal Berith