INGLORIOUS
Plus d'infos sur INGLORIOUS
Hard Rock
Chroniques

Inglorious 2
Herger
Journaliste

INGLORIOUS

«Inglorious nous enchante avec ce deuxième album digne de Led Zeppelin, Deep Purple et consorts !»

11 titres
Hard Rock
Sortie le 12/05/2017
10889 vues
Battre le fer quand il est chaud. Ça pourrait être l'adage d'Inglorious, le jeune groupe britannique de Nathan James. Pourquoi cet adage ? Car Inglorious a sorti il y a à peine un an son premier album, ''Inglorius 1'', qui avait connu un beau succès critique. Et voici que le combo récidive avec un deuxième effort, ''Inglorious II''.

Les membres d'Inglorious sont des fans des années 70 et des groupes de Hard de cette époque. Cela transpire dans leur musique et le fait d'enregistrer un album rapidement est conforme à l'habitude de l'époque où l'inspiration était à son comble et les groupes enregistraient album sur album. Et c'est exactement le cas de ce très bon 2ème album, intitulé ''Inglorious II'', comme l'on fait dans le passé Led Zeppelin ou Queen sur leurs deux premiers opus.

Inglorious est surtout connu pour son leader et frontman Nathan James qui a participé à quelques télé crochets télévisuels (The Voice, The Superstar) et fait ses armes chez Uli Jon Roth et Trans Siberian Orchestra.

Pour comprendre la musique de Inglorious vous prenez une pincée de Led Zeppelin sur certains riffs, un soupçon de Whitesnake et de Deep Purple période David Coverdale dans les refrains, des éléments de Bad Compagny, une section rythmique biberonnée à la Motown et au groove de Bonham, un clavier qui se prend pour Nicky Hopkins ou Ian Stewart ''le cinquième Stone'' avec son orgue Hammond et vous n êtes pas trop loin du résultat. Ce sont de belles références !

Alors comment ne pas craquer sur les morceaux tels que ''Read All About It'' ou ''I Don't Need Your Loving'' . La ballade ''Faraway'' est belle dans la lignée de ''Soldier Of Fortune'' du Pourpre Profond. Des titres qui restent dans le prolongement de son très bon prédécesseur qui avait marqué les esprits. Pourquoi changer de formule alors qu'elle fonctionne très bien ?

Que dire de la prestation vocale de Nathan qui est tout simplement monstrueux avec cette voix digne de Coverdale, Hughes et de Rodgers comme on peut l'entendre sur ''Taking The Blame'' et ''Making Me Pay''. Une voix chaude légèrement rocailleuse, bluesy et plein plein de soul. De surcroit, la production de qualité met en valeur la beauté des titres.

Plant, Coverdale et consorts ont enfin trouvé leur héritier en la personne de Nathan James. La musique produite par les cinq d'Inglorious est un bel hommage au Hard de jadis grâce à des très bons riffs, des mélodies de qualité et des soli inspirés. Donc un album de qualité, dans la même veine que son très bon prédécesseur. Vont-ils continuer à sortir un album tous les ans et de cette qualité ? C'est tout ce que l'on peut leur souhaiter. Pour info, ils seront au Hellfest cette année (2017).