INGLORIOUS
Plus d'infos sur INGLORIOUS
Hard Rock
Chroniques

Inglorious
Seb Gallagher
Journaliste

INGLORIOUS

11 titres
Hard Rock
Durée: 43 mn
Sortie le 19/02/2016
4582 vues
Ayant tout fraîchement signé chez Frontiers Records, les Anglais de Inglorious nous présentent leur album éponyme. Formé en 2014, ce quintet britannique, composé du frontman Nathan James, des guitaristes Wil Taylor et Andreas Eriksson, du bassiste Colin Parkinson puis du batteur Phil Beaver, vient nous exposer sa vision d'un Hard Rock inspirée tout droit des années 70, citant des groupes comme Whitesnake, Led Zeppelin... encensé de "Young Deep Purple" par Brian May (Queen).

Seront-ils à la hauteur de leur encensement et surtout arriveront-ils à convaincre et à conquérir leur public?

Ils ouvrent le bal avec "Until I Die" qui, dès les premières notes de ce qui ressemblerait à un orgue Hammond, montre du bout du nez leur influence seventies avec une voix très proche de David Coverdale (Whitesnake et ex-Deep Purple). Par la suite, le très zeppelinien "High Flying Gypsy", avec cette rythmique entraînante et les envolées guitaristiques faisant de ce titre au refrain entêtant sûrement le tube de l'album.

"Bleed for you", au motif de guitare entêtant et la juste et puissante voix de Nathan qui montre par ce titre une belle maîtrise du style et d'écriture, sans oublier un solo digne de Slash. Montrant et confirmant avec "Girl Got A Gun" ou encore "You're Mine" la maturité que ce jeune groupe dégage dès la première écoute et avec des morceaux bien structurés et équilibrés, entre une rythmique implacable, un guitariste soliste qui n'en met pas de partout et une superbe voix pouvant monter et descendre dans les tonalités avec une justesse impressionnante.

Et comme tout bon groupe de hard qui se respecte, voici l'arrivée de la balade de cet opus à l'instar de "Wake" qui, par la même occasion, clôture les onze titres cet album tout en douceur et en beauté et qui est très bien réalisé avec le solo placé juste un peu avant la dernière relance, concluant ce titre et surtout saluant une fois de plus la justesse de Nathan James.

Bluffante maturité, instrumentalisation superbement réalisée et un frontman qui a déjà tout d'un grand, les anglais de Inglorious ont prouvé avec cet album éponyme qu'ils sont à la hauteur des encensements évoqués plus haut. Vivement le prochain album, et surtout une tournée qui, on l'espère, passera en France. En attendant, réservez votre 19 février pour prendre ce qui sera sûrement une des bonnes claques de l'année 2016 !!!!