BLACK MAP
Plus d'infos sur BLACK MAP
Rock Alternatif

In Droves
The Effigy
Journaliste (Belgique)

BLACK MAP

«Un superbe album à tout les niveaux. Black Map nous a totalement séduit.»

15 titres
Rock Alternatif
Durée: 49 mn
Sortie le 10/03/2017
9402 vues
Black Map nous vient de San Francisco et est un trio considéré comme post-hardcore. Les membres proviennent d'autres groupes qui prenaient une pause dans leurs carrières. Ben Flanagan (Basse, chant), Chris Robyn (batterie) et Mark Engles (guitare) se retrouvent donc ensemble et publie en février 2014 un premier e.p. « Driver ». L'alchimie prenant vraiment bien, le groupe signe avec Minus Head Records pour un premier album « And We Explode » qui sortira en octobre 2014.

Black Map fera plusieurs tournées, notamment avec Bush et Chevelle. Le voici de retour avec un second album qui cette fois-ci sort sur le label eOne. Personnellement l'étiquette post hardcore me gêne beaucoup, le groupe me fait beaucoup plus penser au style d'un Manic Street Preachers au son plus metal et sous amphétamine mais dont l'approche de la composition comporte pas mal de similitude.

C'est après une courte intro nommée « Transit I » que débute un « Run Rabbit Run » bien énergique. Il règne comme une impression d'ambiance années 90' dans la manière dont Black Map aborde son rock-metal. L'efficacité avant tout, pas d'artifice inutile. Quand « Foxglove » débute, c'est le groove qui prend le dessus directement avec un son de basse gros comme ça (vous ne le voyez pas mais je suis en train de vous mimer la grosseur du son de basse). Les refrains sont d'une douceur et d'une mélodie ravageuse. Nous sommes en présence de la beauté faite musique.

« Ruin » nous emporte sur un up-tempo bien remuant au refrain chantant. Soyons clair, les refrains dans l'ensemble de l'album sont des accroches aux allures de hits. Les parties instrumentales des breaks sont inspirées et donnent un ton plus metal au titre. Plus calme mais tout aussi accrocheur, « Heavy Waves » est prenant de bout en bout. La voix de Ben colle à merveille pour ce genre de morceau. Bruitages et effets de guitare annoncent un « Dead Ringer » qui repose aussi sur un groove basse-batterie pour ses couplets avant de se frotter à des refrains très aériens. Fatalement différent dans le son d'un Muse mais proche dans la manière.

« Octavia » arrive avec son rythme lourd et son riffing trashy mais bien entendu le refrain est beaucoup plus léger et ouvert. « Transit II » fait la jonction vers un « No Color » groovy à souhait. Les couplets sont même plus accrocheurs que les refrains pour le coup. Le break chanté et le solo laisse l'âme s'envoler. Le début à la basse de « Indoor Kid » dévoile le passé de guitariste de Ben dans son ancien groupe. Le titre possède une ambiance lorgnant vers un Nirvana, on en revient toujours à ce parfum des années 90'. La douceur revient se mettre en valeur avec « White Fence ». Superbe mélodie vocale sur structure basse-batterie enrobée de guitare réverbérée. « White Fence » est donc encore un hit mais cette fois dans la catégorie slow.

« Just My Luck » voit le retour des grosses guitares, le titre est proche du lourd mais garde un aspect mélodique faisant la signature du groupe. « Cash For The Fears » varie entre mid-tempo et lenteur avec un vocal touchant au coeur de l'auditeur. Le dernier interlude « Transit III » est le seul où la présence d'une voix se fait entendre. Celui-ci nous dirige vers le tout dernier titre de l'album, « Coma Phase ». Parsemé de roulement de toms, nous quittons donc cet album encore une fois sur une belle énergie.

Alors, non ce disque n'est pas dans la branche metal du tout, mais en dehors de cet état de fait, Black Map nous délivre un cd au top niveau. Pas un seul titre pour affaiblir ne fût ce qu'un peu l'ensemble. Le talent se trouve à tout les étages, musicalement tout les membres ont une approche personnelle de la musique et l'ensemble est super cohérent. Une très belle voix, une bonne production et un savoir faire dans la composition achèvent le tableau. Que dire de plus sinon que nous avons là un grand disque et que Black Map mérite le succès, celui-ci ne devrait pas tarder à venir.