FUATH
Plus d'infos sur FUATH
Black Atmosphèrique

II
The Bruce 666
Journaliste

FUATH

«Fuath revient en force avec une sortie majeure en terme de Black atmosphérique»

5 titres
Black Atmosphèrique
Durée: 41 mn
Sortie le 19/03/2021
746 vues

Fuath signifie haine en gaélique. Dans la tradition celtique, il incarne les esprits malveillants habitant les rivières. C'est avant tout un one man band crée en 2015 par Andy Marshall, déjà connu pour son autre projet Saor (Black Folkorique). On est ici sur du Black atmosphérique. On peut citer comme principales influences, Burzum et Darkthrone mais également Drudkh et Windir. Du beau monde quoi.

Ce nouvel opus, sobrement intitulé ''II'', marque une énorme progression par rapport au premier album (''I'' paru en 2016) considéré à l'époque par son géniteur uniquement comme un projet parallèle. L'ensemble des chansons est cette fois mieux conçu, la voix black plus maîtrisée et un soin tout particulier a été apporté à la production. A noter qu'Andy Marshall a délégué cette fois-ci la batterie à un musicien de session, à savoir Carlos Vivas.

Le climat rude et l'obscurité inquiétante font de l'hiver la toile de fond idéale du Black métal. En effet, l'hiver et le black métal sont souvent liés (La référence la plus frappante étant ''At the heart of Winter'' d'Immortal) A ce titre, Andy Marshall, a toujours été attiré par l'obscurité dans la nature ainsi que le mysticisme païen. Il cite, son rituel de marche, à travers la forêt dans la neige, comme «spirituel» et la principale source d'inspiration pour ce nouvel album.

Pour ce nouveau méfait, l'auteur a décidé de garder les paroles secrètes (Elles ne seront pas publiées avec l'album) Sûrement une manière de rendre hommage à l'aura mystérieuse du courant black métal du milieu des années 90. Cependant, les titres de chansons tels que 'Into the Forest of Shadows' ou 'Endless Winter' donnent au moins un aperçu de l'ambiance. Cela laisse également la place à l'imagination, surtout dans le contexte du froid et de l'hiver, avec ce paysage représenté sur la magnifique pochette de l'album réalisé par Luciana Nedelea.

En ouverture, avec le titre 'prophecies', on est directement plongés dans une atmosphère sombre. Un clavier glaçant, un blast rageur et un growl d'outre tombe nous invitent d'ores et déjà au voyage. Les riffs sont aériens et répétitifs (cela est propre au style) mais de subtils changements de rythmes permettent à l'ensemble de rester cohérent et efficace, malgré de longs passages instrumentaux. Les amateurs de Black sauront apprécier.

A noter que ce premier titre, 'prophecies' a eu droit à un superbe clip, fait de paysages hivernaux tout comme 'Into the forest of shadows'. Ce dernier est moins long (6:22 contre 9:28) et possède des riffs sublimes à couper le souffle. Une vraie réussite. A coup sûr, mon morceau préféré de l'album, voire de l'année en terme de black metal.

'The Pyre' possède également des riffs accrocheurs et s'avère plutôt facile d'accès (si je puis dire) de part sa durée (6:51) Andy Marshall réussit à créer une ambiance inquiétante, pour ne pas dire malsaine, qui ressort inéluctablement de ce morceau. On ne sort pas indemne de cette expérience.

Enfin, sur 'Essence' et 'Endless Winter' qui dépassent toutes deux les neuf minutes, on prend le temps de voyager, à travers de long passages instrumentaux intenses et maîtrisés, agrémentés de temps à autre, par un growl black irréprochable digne des maîtres du genre.

Ce nouvel album confirme une fois de plus qu'il faut dorénavant compter sur Andy Marshall en terme de Black atmosphérique de grande qualité.