Ichor (The Rebellion)
Antares Bauglir
Journaliste

THRONUM VRONDOR

«Un album sans grande originalité, ou les pistes se suivent et peinent à se différencier les unes des autres. Dommage car le groupe possède un potentiel interessant.»

9 titres
Black Metal
Durée: 36 mn
Sortie le 01/02/2019
3045 vues

La Belgique tire souvent son épingle du jeu en ce qui concerne le metal extrême. Citons pour exemple Amenra, Rituals Of The Dead Hand ou encore Wiegedood, pour ne citer qu'eux. Aujourd'hui, intéressons nous à un autre combo d'Outre-Quiévrain, Thronum Vrondor, qui sort en ce début de mois pluvieux ''Ichor (The Rebellion)'' chez Pulverised Records.

Le groupe existe depuis 2005 et se compose de Vrondor à la guitare et à la basse et de Crygh au chant et à la batterie. Deux albums ont déjà vu le jour : ''Vrondor I: Epitaph Of Mass-Destruction'' (2006) et ''Vrondor II: Conducting The Orchestra Of Evil'' (2008). Ce ''Ichor (The Rebellion)'' est donc leur troisième méfait, avec le recrutement d'un nouveau chanteur en la personne de SvN.

Après une introduction instrumentale de moins d'une minute, le groupe nous plonge dans son univers noir à grands coups de nappes sonores de guitares saturées agrémenté de tremolo pickings bien agressifs et en boucle. Le rythme est rapide et le chant lorgne plus vers le grave que vers le scream typique black. Seulement voilà. La recette est la même, reprise au fil des titres, donnant un effet de normalisation complète et une lassitude se fait peu à peu sentir, car les morceaux peinent à sortir du lot.
Quelques samples ('Ichor (The Rebellion') parviennent à donner un peu de relief aux titres, sans pour autant rendre le tout transcendant et cataclysmique. Il en va de même pour les passages plus calmes ('Diety'), qui sont un bon moyen de pondérer l'ensemble. Raté…
Notons tout de même l'instrumental '…And Then The Fall', qui permet de couper l'album en deux, apportant un nouveau souffle, une nouvelle impulsion à cette galette. Cependant, après une intro qui présage une évolution bien lourdingue sur 'Vision Of The Seven Tombs', force est de constater que la magie n'opère toujours pas. Une trace subtile de malfaisance et de puissance spectrale se fait un peu entendre sur 'Doom Upon Doom', puis se noie a nouveau dans les nappes de guitares qui tournent en boucle.

Néanmoins, les musiciens sont bons et la qualité de la production n'est pas en reste. Mais la recette s'étiole au fur et à mesure des écoutes, pour ne laisser qu'une très vague empreinte en tête. L'album reste correct, mais lorsque l'on voit la profusion actuelle de groupe de Black Metal, l'exigence de qualité et d'originalité devient proportionnelle. Et malgré les écoutes répétées et une volonté d'entrer dans l'univers de Thronum Vrondor, l'avis ne change pas et la lassitude persiste. Outre le manque de d'originalité entre les titres, cet album n'a pas une grande personnalité et n'évoque que peu de choses… Les sentiments puissants qui pouvaient survenir à l'écoute d'un Ulver, d'un Tsjuder ou d'un Emperor ne sont ici pas présents et deviennent de plus en plus rares.
THRONUM VRONDOR
Plus d'infos sur THRONUM VRONDOR
Black Metal