Plagues of Babylon
United Rock Nations

ICED EARTH

13 titres
Metal
Durée: 60 mn
Sortie le 06/01/2014
4518 vues
Je vais être honnète ! Je n'ai jamais vraiment écouté du Iced Earth à part à de rare occasions. C'est donc avec des oreilles de non initié que j'appuie sur la touche lecture...

Et de suite un sourire anime ma gueule enfarinée ! Le son est gros, très gros. Dès les premiers accords de "Plagues of Babylon" on prend la mesure du travail des allemands de Principal et NHow Studios. Aucun des morceaux ne sera désservi tout au long des 13 titres que compose l'album.

Dès le premier titre - "Plagues of Babylon" - Iced Earth sort l'artillerie lourde et mélange le thrash avec des riffs gallopant à la Maiden. Cette entrée en matière est un régal de composition un brin épique.

Et comme bien souvent, le premier titre donne le ton. La suite est toute aussi épicée. Viens le riff rageur de "Démocide" suivi de l'excellent "The Culling" et son groove de bass heavy, ses triplettes de distos tranchantes, son couplet brulant et son refrain épique.

Puis, l'intro d"Among the Living Dead" nous plonge direct au coeur d'un film d'horreur dirigé par un Rob Zombie déchainé. C'est varié, très varié ! Les titres s'enchainent et on ne s'ennuie pas.

Le surprenant "Parasite" et "The End" flirte même avec du Dream Theater.
Bien sur nous avons droit comme il est souvent de mise avec ce style de métal, aux inévitables power ballads. Au nombre de deux, elles ne manqueront pas de plaire aux plus romantiques d'entre vous.

Il est évident que les musiciens d'Iced Earth sont tous excellents mais ils sont aussi de très bons compositeurs car l'équilibre entre le heavy, le thrash et le prog métal est très bon. Le tout est cohérent, précis, brut et puissant.

Mention spéciale pour Stu Block et tous les vocaux en général. Versatile, il growl tel un Kirk Windstein affamé; aussi mélodique qu'un Bruce Dickinson aux énergies boostées par une séance de yoga, il enchaine les performances. Le batteur brésilien Raphael Saina prendra le siège pendant l'enregistrement et délivre une rythmique solide, groovy et plutôt méchante. Depuis, Jon Dette a pris les baguettes pour la tournée !La lecture vient de terminer et les derniers accords de s'arrèter.

Il est temps pour moi de faire quelque chose ! Heuu...google...wiki...hmmmm ...c'est quoi ca? "Iced Earth" 1991;"Night of the Stormrider"1992!!!! Ecoutons voir où tout ca a commencé maintenant !
Chroniques