HUNTING THE HIDDEN
Plus d'infos sur HUNTING THE HIDDEN
Melodic Death Metal

Aphelion
Enora
Journaliste

HUNTING THE HIDDEN

«« Aphelion », un album complet composé avec soin et qui permet de découvrir les multiples facettes d'Hunting The Hidden»

12 titres
Melodic Death Metal
Durée: 39 mn
Sortie le 16/11/2018
3284 vues
GRIMSLAND RECORDS

Formé en 2008 sous le nom Kurai, Hunting The Hidden adopte sa nouvelle identité en 2015, à l'occasion de la sortie de l'EP « In Vain » qui fait suite à de nombreuses démos parues entre 2009 et 2014, au gré des changements de line-up. En 2016, le groupe sort « Fragments », mais c'est à son successeur, « Aphelion », que nous nous attaquons aujourd'hui !

Le moins qu'on puisse dire c'est que l'entrée en matière est plus que réussie avec un riff de guitare efficace d'André Dahl-Jacobsen, doublé d'une rythmique simple mais entraînante en ouverture de ‘Into Singularity'. Un scream profond et un chant clair très propre et mélodieux se répondent alors qu'on commence à agiter lentement la tête tant la magie opère. On continue cette plongée dans l'univers d'Hunting The Hidden avec ‘Planned Obsolescence', un morceau galopant et qui suit une ligne assez classique de Melodic Death Metal, avec de beaux passages rugissants où la basse se fait remarquer ! Une sorte d'énergie sourde semble bouillir quelque part, dans les profondeurs de l'âme du groupe, espérons qu'on en verra davantage avec la suite. ‘Hollow' dénote avec des breaks à répétition mais qui se plaindrait d'un titre qui révèle sans doute toute sa puissance en live, avec une composition plus complexe que ce qu'on a pu entendre jusque là. Ça y est, la bête est lâchée avec ‘The Red State Reaper' et la lourdeur du morceau, tout comme les influences multiples qui y sont mobilisées, a de quoi surprendre ! En résumé, ne passez pas à côté de cette chanson et de son beau solo de guitare ! Le duo de guitares de Per Kristian Grimsland et André Dahl-Jacobsen surprend une nouvelle fois sur ‘Inertia' qui combine une batterie effrénée et du scream caverneux.

Plus apaisé et lancinant, ‘Martyr' n'en reste pas pour autant dans l'ombre grâce à des changements d'atmosphère assez radicaux faisant passer l'auditeur d'une ligne musicale hypnotique à quelque chose d'épuré qui se concentre autour d'une ligne de guitare. Le groupe revendique des influences aussi larges que Soilwork, Lamb Of God ou encore Haken, et c'est vrai qu'on en retrouve de petites touches à droite à gauche, en témoigne ‘Dead of the Night', bien plus groove que les précédents morceaux. Très (trop) classique, ‘Tide' est probablement le titre le moins intéressant de l'album, d'autant plus qu'il donnerait presque l'impression de sortir de la ligne directrice qu'on pouvait jusque là suivre. Dans un esprit qui emprunte presque au Heavy sur certains aspects, ‘Universe' s'affirme comme un morceau tout en contraste et offrant des refrains sensibles et soignés. Hunting The Hidden nous emmène ensuite vers un retour à ses racines Death avec l'excellente ‘The Problem of Death Itself', ses choeurs vocaux et sa rythmique menée d'une main de maître par Mads Kristian Aas. La basse de Lars Arne Grimsland reprend la main sur le titre éponyme qui, à part quelques petites faiblesses sur le chant clair, aura sûrement un succès fou en live ! ‘Ascension', qui conclut cet album, a presque quelque chose d'expérimental et d'atmosphérique et permet de quitter « Aphelion » en douceur.

« Aphelion » est un album composé avec soin et qui permet de découvrir les multiples facettes d'Hunting The Hidden qui mêle des éléments de Melodic Death Metal à des rythmiques plus Groove/Metalcore, sans oublier un soupçon de Prog. Après quelques petits perfectionnements, on ne peut qu'attendre avec impatience un troisième album, encore plus abouti !



First formed in 2008 under the name Kurai, Hunting The Hidden adopts its new identity in 2015 for the release of the EP “In Vain” after numerous demos launched between 2009 and 2014, with many changes of line-up. In 2016, the group released “Fragments”, but it is its successor, “Aphelion”, that we are going to discover today!

The least we can say it is that the introduction is more than made a success with a strong guitar riff from André Dahl-Jacobsen, coupled with a simple but catchy rhythmic part to open ‘Into Singularity’. A deep scream and a very clean and melodious clear vocal part answers to each other while we slowly start to headbang as the magic of the band’s creations captivates us. We continue this dive in Hunting The Hidden's universe with ‘Planned Obsolescence’, a galloping track which reminds of some classic elements of Melodic Death Metal, with beautiful roaring passages where the bass catches our attention. A kind of mysterious energy seems to be boiling somewhere, in the depths of the soul of the band; let’s hope we will discover it with the rest of this album. ‘Hollow’ is quite different with repeated breaks but who would complain about a song that undoubtedly reveals all its power live, with a composition more complex than what we heard until then. This is it! The beast is released with ‘The Red State Reaper’! The heaviness of the track with multiple influences mobilized is surprising! To say it in other words, do not miss this song and its beautiful guitar solo! The guitar duo made of Per Kristian Grimsland and André Dahl-Jacobsen surprises us once again with ‘Inertia’ which combines a frantic battery part and cavernous screams.

Calmer and more haunting, ‘Martyr’ does not remain in the shadows thanks to rather radical changes of atmosphere from an hypnotic and powerful musical line to something refined that focuses on the guitar line. The band quotes influences as broad and rich as Soilwork, Lamb Of God or Haken, and it's true that we find small touches of their musical universes such as in ‘Dead of the Night’, much more groovy than the previous songs. 'Tide' is probably the least interesting title of the album with its (too) classic musical part, especially since it almost gives the impression of getting out of the guideline that we could follow so far in this album. In a spirit sometimes close to Heavy Metal, ‘Universe’ is a track at the opposite of what we just listened to and it offers sensitive and conscientious chorus. Then Hunting The Hidden takes us back to its Death Metal roots with the excellent ‘The Problem of Death Itself’ with vocal choirs and a masterfully conducted rhythm part by Mads Kristian Aas. Lars Arne Grimsland's bass picks up on the title track, which, apart from some small weaknesses on clear vocals, will surely have a crazy success live! ‘Ascension’, which concludes this album, has almost something experimental and atmospheric and helps us to leave “Aphelion” smoothly.

"Aphelion" is a carefully written album that reveals many facets of Hunting The Hidden that mixes elements of Melodic Death Metal with more Groove / Metalcore rhythms, not to mention a hint of Prog. With some small improvements, we can not wait for a third album, even more successful!