MAKE THEM SUFFER
Plus d'infos sur MAKE THEM SUFFER
Symphonic Deathcore

How To Survive A Funeral
Enora
Journaliste

MAKE THEM SUFFER

«Avec une simplicité étonnante, Make Them Suffer évolue dans différents registres, tous maîtrisés et souvent habillés d’une audace pleine de charme !»

10 titres
Symphonic Deathcore
Durée: 35 mn
Sortie le 10/07/2020
186 vues

Formé en 2008 en Australie, Make The Suffer est un groupe qui s’impose de plus en plus sur la scène Metalcore mondiale depuis son premier opus, « Neverbloom » (Roadrunner Records, 2012). Après « Old Souls » (2015), le groupe change de label et rejoint Rise Records avec qui il dévoile « Worlds Apart » (2017), et « How To Survive A Funeral » que nous allons découvrir sans plus tarder !

Après quelques instants mélodiques et planants signés Nick McLernon, le scream de Sean Harmanis nous rattrape avec force sur la courte ‘Step One’ qui permet une entrée efficace dans ce nouvel opus ! ‘Falling Ashes’ poursuit dans une continuité directe avec une ligne rythmique ultra-puissante doublée d’un clavier stellaire. Make Them Suffer est décidément au rendez-vous. La diaboliquement groovy ‘Bones’ arrive à point nommé et souligne une véritable audace dans la composition très complète que propose le groupe. Tantôt atmosphérique, tantôt déchaîné, ‘Drown With Me’ est une proposition sur le fil que les musiciens semblent bien maîtriser mais qui peut manquer de profondeur sur le refrain. Dévoilée en mars de cette année, ‘Erase Me’ permet à la voix claire de Booka Nile de s’affirmer avec davantage de profondeur.

Plus classique dans sa forme, ‘Soul Decay’ est une chanson d’autant plus forte qu’elle est sincère et touchante, à la manière des plus beaux titres d’Architects par exemple… Rien que par son titre, ‘Fake Your Own Death’ a quelque chose d’intrigant, mais c’est un morceau plus que technique qui finit par se révéler, autant dans la ligne de guitare que dans la performance du duo rythmique composé de Jordan Mather à la batterie et de Jaya Jeffery à la basse ! Le titre éponyme viendrait presque casser cette dynamique avec son côté presque baroque tant les lignes musicales et vocales se superposent les unes aux autres. Il ne faut pas longtemps à ‘The Attendant’ pour s’imposer comme une chanson incontournable de cet album par sa beauté et son élégance.

Avec une simplicité étonnante, ‘That’s Just Life’ signe la dernière note de « How To Survive A Funeral ». Cet album est indéniablement de très bonne qualité, d’autant plus qu’il voit Make Them Suffer évoluer dans différents registres, tous maîtrisés et souvent habillés d’une audace pleine de charme. Le talent premier de cet opus est l’apparente aisance qui se dégage de titres pour lesquels il a pourtant fallu développer une vraie réflexion !