(How To Live) As Ghosts
The Effigy
Journaliste (Belgique)

10 YEARS

«Le nouvel album de 10 Years plaira au grand public et aux amateurs de jolies mélodies. »

11 titres
rock
Durée: 40 mn
Sortie le 27/10/2017
5975 vues
C'est à Knoxville dans le Tenessee que se forme Ten Years en l'an de grâce 1999. La première sortie discographique porte le nom de « Into The Halfmoon ». En 2005, Universal Records signe le groupe et publie l'album « The autumn Effect » qui comporte le single « Wasteland » qui restera douze mois dans les classements Rock. Le groupe tourne énormément et assure son succès grandissant.

Les sorties d'album sont constantes mais le groupe décide de créer son propre label. Après la sortie du septième album « From Birth To Burial », le membre fondateur Ryan Johnson se retire du groupe à cause d'une blessure et voici donc qu'arrive le tout premier album du groupe sans Ryan : « (How To Live) As Ghosts ».

L'entrée se fait sur le très radiophonique « The Messenger ». Bien qu'américain, nous avons l'impression d'avoir une pop anglaise, en plus musclé bien entendu. Le morceau annonce le ton, l'album se veut accrocheur, pour ne pas dire racoleur. Tout dépend de la vision que l'on a face à un groupe sachant pondre des hits à la pelle. Le suivant « Novocaine » en est d'ailleurs la preuve par neuf. Doté d'une très chouette ligne rock à la guitare, les emplois de vocaux féminins font mouche pour faire du hit, un peu à la manière du dernier In Flames malgré que le style n'a rien en commun.

Toujours prêt à se classer dans les charts, « Burnout » possède autant d'accroche que ces deux prédécesseurs. L'avantage est que les titres entre eux n'ont rien en commun, le groupe diversifiant bien son propos. Le grand public ne sera pas en reste avec « Catacombs » qui se veut plus facile d'accès dans les sonorités mais qui n'est pas aussi mélodieux que l'on aurait pu le croire.

« Ghosts » réussi sont refrain bien mieux que le titre précédent avec de bonnes variations de tempo sur la longueur du morceau. Un balancement du corps se perçoit sur ma chaise alors que je ne m'en était même pas rendu compte. Preuve d'une certaine efficacité du titre. Entrée en douceur sur « Blood Red Sky » mais la tendance sera rattrapée par divers changements tout du long avec passages rapides, moments percussions, pop, rock. Un titre court mais très varié en même temps.

Le duo basse-batterie débute un « Phantoms » plus rock mais toujours doux dans le chant. Le groupe sait poser une pop-rock propre à son style. « Vampires » se servira également du support basse-batterie pour la construction du morceau. Variant entre deux tempos, nous auront droit à la mélodie aussi bien qu'à des moments plus rageurs.
Le même schéma intervient malheureusement sur « Halos ». Le titre en lui même est bon mais fait assez resucée de ce que l'on connaît déjà de l'album.

Si « Lucky You » nous donne à croire que nous avons un slow face à nous, il en ira autrement à d'autres passages du titre possédant plus de pêche. Le morceau est intéressant grâce à cela d'ailleurs. Il évite ainsi l'écueil du slow mièvre et apporte un plus avant d'attaquer le dernier titre de l'album « Insomnia ». Le titre joue avec les voix et tire aussi sur le côté radiophonique mais version plus mélancolique.

10 Years n'est pas vraiment fait pour les fans de metal, peut être pour certains fans de hard-rock, mais plus probablement pour les amateurs de rock « gentil ». Le groupe est néanmoins très bon dans ce qu'il exerce, un pop-rock radiophonique mais assez mûre pour ne pas être uniquement une musique d'adolescent pré-pubère. Cet album est donc fait pour les amateurs de jolies mélodies avec un son assez soft et une production typée radio américaine.