MOONSPELL
Plus d'infos sur MOONSPELL
Black Metal (early), Gothic Metal (later)
Chroniques
1755
2017

Hermitage
The Bruce 666
Journaliste

MOONSPELL

«Moonspell revient en force avec un superbe album à la fois puissant et mélodique. »

10 titres
Black Metal (early), Gothic Metal (later)
Durée: 52 mn
Sortie le 26/02/2021
1270 vues

Moonspell est une institution. Le groupe a bientôt trente ans d'existence et possède une discographie exemplaire. Il nous a gratifié d'albums cultes (''Wolfheart'' et ''Irreligious'') puis a su évoluer (''Sin Pecado'') et expérimenter (''The Butterfly effect''). Pour ensuite, explorer à fond son côté gothique (''Darkness and hope'', The Antidote''). On notera, un retour au source, avec le comeback d'une voix typée Black/Death, et l'apport de chant féminin, pour certains titres sur ''Memorial'' et ''Night Eternal''; prouvant que le groupe arrive toujours à nous surprendre. Allant parfois jusqu'à la prise de risque (le double ''Alpha Noir'' / ''Omega White'' ou bien le concept album ''1755'' chanté entièrement dans leur langue natale – le portugais pour ceux qui ne suivent pas.) Sans Oublier, Extinct, que certains fans considèrent comme un des tout meilleur album du combo.

La question que l'on peut se poser, au vu des trois extraits que Moonspell nous a proposés pour nous tenir en haleine, est quelle direction va prendre le nouvel album et s'il sera le digne successeur de ''Extinct'' (''1755'' étant un album à part). Gardons un peu de suspense et revenons sur les singles en détail.

On commence donc par 'The Greater Good', avec son intro évoquant Pink Floyd (oui vous avez bien lu). Le chant en voix claire de Fernando est toujours aussi somptueux. Le titre, à l'image du clip, est sublime. On se laisse bercer jusqu'à l'explosion finale, en voix growlée, qui personnellement me donne des frissons à chaque écoute. Tout simplement un des meilleurs titres de l'album.

A noter, que les trois singles s'enchaînent sur l'album. On poursuit donc avec 'Common prayers', qui est tout aussi excellent, même s'il reste plus conventionnel, ou disons plus dans l'esprit Moonspell, à savoir une chanson sombre et gothique.

Le single qui a du en surprendre plus d'un, est sans conteste 'All or Nothing', de part son côté mélodique et progressif. Fernando Ribeiro et Ricardo Amorim qui l'accompagne ici au chant sur une partie du titre nous livrent une performance grandiose. On touche au sublime.

Alors, venons en au reste de l'album. Il y a, disons le, deux ou trois titres dans la même veine que 'All or Nothing'. Je parle ici de 'Entitlement', qui nous berce subtilement, avec son solo enivrant.
Je pense également à l'instrumental 'Soltarian', encore une fois très aérien, dans sa première moitié, pour finalement nous proposer une envolée subtile, avec un passage heavy sur la fin. Très sobre. Mais aussi, à 'Without Rule', chanson dans l'esprit progressif encore une fois. On peut citer enfin, 'City Quitter', Outro magnifique au piano, pour finir l'album tout en finesse.

Mais avant de refermer le chapitre ''Hermitage'', on va entrer, si je puis dire, dans le cœur de la meule, avec les titres au rythme plus soutenu. A savoir, le titre éponyme, avec son riff à tomber par terre. Ce morceau, va, je pense, mettre tout le monde d'accord. Le clavier de Pedro Paixao est très présent (comme sur l'ensemble de l'album) et habille très bien la composition. On est sur une voix véhémente accompagnée de chœurs somptueux. Tout y est. Un refrain accrocheur, un solo éthéré, une brève interlude parlée puis on finit sur une voix typée black. Mon titre préféré de l'album. Une franche réussite. 'The Hermit Saints', n'est pas en reste non plus, car il possède également un riff ravageur, et les chœurs refont leur apparition pour notre plus grand plaisir. Un des moments forts de l'opus. Enfin, 'Apoptheghmata', est un mélange des deux aspects qui ponctuent ce nouvel album. Son introduction est calme, puis une superbe orchestration fait son apparition, appuyée par un riff dont nos chers Portugais ont le secret. La voix claire et la voix growlée s'alternent à merveille, au gré des changements de rythmes.

Moonspell est lucide. Comme le confie Fernando Ribeiro, ils savent qu'ils entrent dans les dernières années de leurs carrières de musiciens. Il évoque d'ailleurs l'hiver de leur vie. Album de la maturité pour certains, trop doux pour d'autres, en tout cas, il ne laissera personne indifférent. Pour ma part, je peux déjà m'avancer, en disant que ce sera mon album préféré de 2021. En effet, la partie rythmée est tout simplement exceptionnelle et on ne peut que respecter la prise de risque pour la partie plus mélodique et progressive qui s'avère très réussie également. Incontournable !