JACK RUSSELL'S GREAT WHITE
Plus d'infos sur JACK RUSSELL'S GREAT WHITE
Hard Rock

He Saw It Coming
Enora
Journaliste

JACK RUSSELL'S GREAT WHITE

«''He Saw It Comin''', un album vraiment inégal qui ne parviendra pas nous faire apprécier la voix de Jack Russell comme on la connait»

11 titres
Hard Rock
Durée: 42 mn
Sortie le 20/02/2017
4902 vues

Dire que l'histoire de Jack Russell's Great White est compliqué est un euphémisme. Dante Fox, puis Great White, Jack Russell's Great White, puis deux groupes différents voilà ce qui compose le parcours du groupe. Le chanteur Jack Russell forme en 1977 un groupe avec le guitariste Mark Kendall, et c'est le début de cette grande histoire. Jack fit partie de Great White de ses débuts à 1996, puis il décida de faire une carrière solo, rejoignant de temps à autres son ancien groupe. En 2002, un incendie lors de l'un de ses concerts tue plus de cent personnes, mais Jack organise des concerts au profit des familles avant d'être victime d'un accident en 2009, qui l'oblige à quitter Great White. Lors de son retour, il recrée Jack Russell's Great White avec des musiciens totalement différents de son groupe d'origine : Tony Montana à la basse puis à la guitare/claviers, Robby Lochner à la guitare, Dicki Fliszar à la batterie et Dan McNay à la basse. De ce line-up naîtra “He Saw It Comin'”, leur premier album.

Le premier titre, “Sign Of The Times”, reste fidèle aux grands classiques du Hard Rock. Res riffs saccadés, un son plutôt rafraîchissant et la voix de Jack Russell par dessus. Pas vraiment plus originale, mais menée par la basse, “She Moves Me” est un peu plus dansante. l'utilisation des choeurs faits par les autres membres n'a de réel intérêt que par moments, et je commence déjà à m'ennuyer. Le groupe part définitivement vers un style au son plus clair avec “Crazy”, et le refrain sera noyé sous les choeurs.
“Love Don't Live Here” sera plus un mélange entre une ballade et du Rock indépendant qu'autre chose, et je continue de me demander où sont passées les racines de Jack, mais le rythme plus énergique de “My Addiction” me rassurera. Le refrain, particulièrement entraînant, renouera avec les sonorités que l'on pouvait entendre chez Great White.

Nouvelle balade, “Anything For You” sera le moment émotion de l'album. Le titre éponyme, “He Saw It Comin'” débute par un sample qui mélange conversation banale, bruits de foule pour enfin arriver à quelques notes de piano et un titre assez accrocheur qui fait taper du pied. La voix, un peu trop sage, me décevra cependant.
Retour aux influences édulcorées au possible avec “Don't Let Me Go”, et ma déception sera totale avec “Spy VS Spy”. Alors que le titre se voudrait énergique, il est bien en dessous du niveau habituel de Jack. “Blame It On The Night” tente tant bien que mal de relever le niveau, mais les choeurs gâchent encore une fois les riffs une fois sur deux. Alors que ce titre aurait pu être intéressant, il devient tout à fait banal. Pour le dernier titre, “Godspeed”... Je ne sais pas quoi dire. Plus d'instruments, juste des voix. Plus ou moins réussies. Surtout moins malheureusement.

Alors que je me réjouissais du retour de la légendaire voix de Jack Russell, ce dernier me déçoit comme je l'ai rarement été. Certes, innover, c'est bien. Mais être à ce point aux antipodes de ce que l'on attend de vous musicalement parlant, c'est risqué. Jack et son groupe ont pris ce risque, et ça ne leur a clairement pas réussi.