GODSTICKS
Plus d'infos sur GODSTICKS
Progressive Metal
Chroniques

Inescapable
Baptman
Journaliste

GODSTICKS

«Avec Inescapable, Godsticks souhaitent remettre à plat leur relation à la musique progressive et à ses dérives perfectionnistes...malheureusement, sortir de sa zone de confort n'est pas facile »

9 titres
Progressive Metal
Durée: 53 mn
Sortie le 07/02/2020
2401 vues

5ème album des progueux britanniques de Godsticks, ''Inescapable'' a su dépasser le son industriel de ''Faced With Rage'' (2017) pour s'aventurer cette fois sur des sentiers plus intimes. En résulte un album résolument moderne dans sa composition et son interprétation et qui, en bonne représentation de ce que peut offrir la scène rock/metal prog actuelle constitue une porte d'entrée parfaite pour ceux qui découvriraient ce style. Pour les autres, amateurs ou spécialistes, malheureusement, ''Inescapable'' apparaîtra comme peu surprenant, déjà entendu, certainement pas mauvais, mais justement, et c'est là toute l'ironie, pas vraiment ''incontournable''.

Le groupe de Cardiff propose une nouvelle fois le mix qui a fait son succès : influences heavy rock, progressives et métal alternatif, tout en mettant en avant plusieurs placements rythmiques chers à tous fans de metal prog. Mais ''Inescapable'' se veut plus intime et personnel.

Darren Charles, guitariste et chanteur du groupe, qui a longtemps souffert des dérives perfectionnistes qui peuvent toucher le milieu prog, a déclaré avoir fourni avec ses camarades un ''effort conscient'' pour ne pas laisser les aspects les moins désirables de sa relation à l'instrument prendre le dessus. La quête éperdue de la perfection peut en effet être pesante à la longue. C'est justement ce besoin d'aller vers la profondeur émotionnelle, la sincérité, la simplicité et de laisser peut-être la technique un instant de côté, qui motive Darren dans cet album. Il se confie d'ailleurs sans ambiguïté sur le sujet : ''J'ai une relation étrange avec la musique, en particulier avec le fait de jouer de la guitare. J'aurais les plus grandes peines à survivre sans elles, mais elles ont tout autant rendu ma vie tortueuse parce qu'elles ont complètement enveloppé mon estime personnelle. Dans mes jeunes années de guitariste, j'étais on ne peut plus perfectionniste et alors même que certaines personnes arborent cela comme un insigne, j'ai fini par considérer cela comme un énorme poids s'abattant sur mes épaules. Il a fallu longtemps avant que je réalise que la perfection est impossible à atteindre''.

Que les progheads dont votre serviteur font partie se rassurent toutefois, on retrouvera tout au long du disque quelques placements rythmiques et ponts bien sentis comme par exemple dans 'Change' dont les mises en place vers le milieu du titre, au moment où le groupe s'arrête puis repart ne doivent pas être facile à placer sur scène ou encore dans 'Time' qui offre un cas d'école de pont progressif. Ou encore au début du single 'Denigrate' au clip plutôt original et qui est sans doute le titre le plus efficace de l'album. Mais si cela flatte toujours, ce n'est pas ce qu'on attendait ici.

''Inescapable'' est intéressant sur le papier justement car il doit montrer des musiciens de rock/metal prog lutter contre eux-mêmes. Il n'est pas facile dans un style qui valorise commercialement (si tant est qu'on puisse employer cet adverbe en parlant de prog), les groupes très techniques, de se retirer de la course ne serait-ce qu'un instant, et de repenser son rapport à la musique. Toutes proportions gardées, c'est plus ou moins ce que fait en ce moment, et avec le brio qui le caractérise, Steven Wilson. Son virage pop récent témoigne de cette envie de laisser place à plus de naturel, de sensibilité et si forcément, cela ne plaît pas à tout le monde, on peut difficilement lui reprocher ça. Et en plus, cette nouvelle profession de foi est saluée par un succès commercial donc cela montre bien que c'est possible.

Revenons à ''Inescapable''.

De manière générale, c'est un album qui manque malheureusement de couleurs, de vie et de variété, malgré le choix judicieux d'en faire un album plus intime et plus humain.

Musicalement, on ne pourra pas s'empêcher de penser à Haken, tant les ressemblances dans le timbre de la voix de Darren et dans son interprétation sont fortes tout au long du disque. Les phrases étirées, le placement du son, tout fait penser à Ross Jennings. Mais que cela ne vienne pas diminuer tout de même le mérite de Darren Charles qui livre là, sans doute sa meilleure performance studio depuis longtemps. Godsticks, c'est du chant et de la musique qui prend son temps, les tempos ne sont jamais élevés, et chaque phrase prend le temps de résonner et de résoudre. Le souci, c'est que cela peut devenir lassant et fatigant à la longue. La façon de chanter reste un peu trop la même tout au long du disque. 'Surrender' par exemple, assez indigeste avec ses refrains lyriques que certains n'hésiteraient pas à qualifier, à raison, de quelque peu cheesy. Heureusement qu'il y a 'Change' qui vient hâcher un peu tout ça avec un chant plus syllabique.

L'album manque aussi cruellement de moments un peu exotiques. Seule 'Numb' avec son intro mystérieuse et ésotérique rappellera elle sans doute Opeth à bien des égards parvient à nous faire voyager un peu. Le reste demeure comme figé sur un même plan.

''Inescapable'' est en fait, un album frustrant et fort peu excitant. Pour une oeuvre se voulant introspective, on a l'impression à la fin du dernier titre, de ne pas vraiment avoir progressé dans la réflexion, de ne pas avoir appris grand chose. On est revenu à la case départ, sans avoir vu beaucoup de paysages différents. On ressent en fait la frustration de n'avoir exploré que des régions somme toute déjà connues, de ne pas s'être confronté véritablement à nos démons intérieurs. Un tel choc, qui se serait traduit on l'espère, par un choc musical, des ambiances inédites et exotiques, un véritable détournement par rapport au style dans lequel Godsticks s'exprime d'habitude, aurait été des plus appréciables. Mais peut-être faut-il laisser à Godsticks le temps de terminer ce travail sur eux et de construire leur nouvelle relation à la musique, qui, avec tous les atouts qu'ils portent déjà en eux, laisse présager de belles choses.