Gidim
Enora
Journaliste

RINGS OF SATURN

«« Gidim », un album où Rings Of Saturn pousse à leur paroxysme les éléments fondateurs du Technical Deathcore, mêlant virtuosité saisissante et groove puissant»

10 titres
Technical Deathcore
Durée: 45 mn
Sortie le 25/10/2019
406 vues

Formé en 2009, Rings Of Saturn est un groupe américain de Technical Deathcore qui compte déjà quatre albums à son actif, tous sortis avec une régularité surprenante. Cette année, c'est le successeur de « Ultu Ulla » (2017) que nous découvrons avec « Gidim » !

Dès les premières secondes de ‘Pustules', un groove puissant se met en place, donnant une furieuse envie d'agiter la tête, alors que les guitares de Lucas Mann et Joel Omans rivalisent d'une technicité à faire peur. L'ingéniosité de Rings Of Saturn est doublée de celle, non négligeable, de Charles Caswell, le multi-instrumentiste de Berried Alive. Démoniaque et électrisant, ‘Divine Authority' est une bombe dont on peine à imaginer la folie qu'elle déclenchera en live, mais une chose est sûre, le groupe n'a rien perdu de sa fougue ! Les musiciens aiment bien s'entourer et c'est cette fois-ci Dan Watson, que vous connaissez peut être d'Infant Annihilator, et qui officie aujourd'hui en tant que chanteur d'Enterprise Earth qu'on retrouve sur ‘Hypodermis Glitch'. Comme si la maîtrise des deux guitaristes de Rings Of Saturn ne suffisait pas à rendre leurs fans dingues, le groupe a jugé bon d'inviter le Japonais Yo Onityan sur ‘Tormented Consciousness' qui n'aurait pu être bien nommée tant elle propose des variations riches et qui vous donneront la chair de poule.

Une nouvelle fois sur ‘The Husk' la batterie se déchaîne et démontre sa rapidité avec une efficacité militaire, ce qui permet aux guitares de broder de complexes mélodies, entrecoupées de riffs entraînants alors que le frontman, Ian Bearer, poursuit son oeuvre destructrice. ‘Mental Prolapse' n'a de calme que sa première apparence bien qu'on sente un projet musical assez différent de ce que Rings Of Saturn a pu nous proposer jusque là ; le groupe s'aventure dans quelque chose de plus stellaire et ça marche ! C'est surtout par sa virtuosité et sa rigueur qui tiennent presque de la musique classique que ‘Genetic Inheritance' séduit, surtout si on y ajoute une performance incroyablement engagée du chanteur qui donne à entendre toute sa palette de screams. Soyons honnêtes, c'est surtout pour son break qu'on retiendra ‘Face of the Wormhole', suivi de la conclusion, ‘Gidim' en version instrumentale.

« Gidim » est un album qui a tout pour plaire aux amateurs de Technical Deathcore tant Rings Of Saturn pousse à leur paroxysme les éléments fondateurs du Technical Death Metal et du Deathcore, mêlant une virtuosité saisissante à des breaks et un groove puissants. Les performances des musiciens sont toujours incarnées et audacieuses, ce qui rend cet album d'autant plus indispensable !


RINGS OF SATURN
Plus d'infos sur RINGS OF SATURN
Technical Deathcore
Chroniques