SOLIUM FATALIS
Plus d'infos sur SOLIUM FATALIS
Death Metal

Genetically Engineered to Enslave
Anibal BERITH
Journaliste

SOLIUM FATALIS

«Le quartet a su s'entourer de gens reconnus dans le milieu et offre 10 titres soignés et cohérents. »

10 titres
Death Metal
Durée: 41 mn
Sortie le 13/10/2018
2583 vues
WICKED MUSIC RECORDS

Fondé en 2012, le quartet, formé de Jeff DeMarco au chant, Jim Gregory et Ryan Beevers aux guitares et Jeff Saltzman à la batterie, est très actif et nous offre son quatrième méfait via le label Wicked Music Records.
Intitulé ''Genetically Engineered to Enslave'', le disque propose 10 titres étalés sur 41 minutes soit une durée moyenne intéressante permettant à la fois d'apprécier la variété de l'album et de ne pas tomber sur des chansons qui n'en finissent pas, et ainsi garder du dynamisme lors de l'écoute.

Globalement lourd et râpeux, ce quatrième opus n'en est pas moins surprenant ! En effet, chacun des titres proposés est dense avec une mention spéciale pour celui de clôture 'A Tongue to Taste the Collapse' par son caractère écrasant et son ambiance dérangeante ! Très certainement nourris à la sauce Heavy Metal, les musiciens nous le font savoir en intégrant brillamment des soli pointus sur chacune des compostions allégeant la lourdeur de ces dernières ('Threshold', 'Servile').

Privilégiant un rythme mid tempo, les américains surprennent avec la neuvième chanson 'Fiery the Angels Fell' (pour laquelle ils ont invité le guitariste Phil Tougas (First Fragment)), redonnant du peps à l'album semblant s'essouffler avec la succession de 'Factor Red', 'Dysmorphic' et 'Chemical Reagent' relativement classiques et peu inspirés. En effet cette dernière démarrant par une ligne mélodique lancinante accompagné d'un mid tempo peu entrainant envoie brutalement la purée par des blasts puissants et appuyés, le tout enrobé d'une rythmique bien grasse et tronçonnée.

A la moitié de la galette, on ne peut être que surpris par 'A Gathering of Storms' qui revisite le thème de la Belle et la Bête en proposant l'alternance de la voix féminine de Haydee Irizarry (Aversed) et le growl sombre et caverneux limite ''doomesque'' de Matt Mcgachy (Cryptopsy). Le son est massif et la mélodie claire introductive reste en permanence en fond mariant intelligemment la férocité de la Bête à la grace de la Belle. Cette chanson permet la transition entre le cristallin 'Synthon' et les chansons plus classiques citées plus haut dans cette chronique.

Mixé et masterisé par Christian Donaldson (Cryptopsy) aux The Grid studios, ''Genetically Engineered to Enslave'' démontre le professionnalisme de ce jeune groupe à la discographie déjà bien remplie avec 4 albums en 6 ans ! Le quartet a su s'entourer de gens reconnus dans le milieu jusqu'à l'artwork, signé Pierre Alain Durand (3mmi Design), et offre 10 titres bien construits et cohérents.


1. Threshold
2. Lake of Extinction
3. Servile
4. Synthon
5. A Gathering of Storms
6. Factor Red
7. Dysmorphic
8. Chemical Reagent
9. Fiery the Angels Fell
10. A Tongue to Taste the Collapse