SODOM
Plus d'infos sur SODOM
Black/Speed Metal (early), Thrash Metal (later)

Genesis XIX
Anibal BERITH
Journaliste

SODOM

« "Genesis XIX" ne laisse pas un souvenir impérissable et ne succède pas brillamment à "Decision Day" bien plus méchant et néfaste.»

12 titres
Black/Speed Metal (early), Thrash Metal (later)
Durée: 55 mn
Sortie le 27/11/2020
316 vues

Il aura fallu attendre quatre ans pour que l'excellentissime "Decision Day" trouve un successeur ! Sodom, mené tambour battant par le frontman et bassiste Tom Angelripper depuis près de 40 ans, en profite pour renouveler son line-up en les personnes de Yorck Segatz, comme guitariste depuis 2018, et Toni Merkel en tant que matraqueur de futs fraîchement nommé !
Travaillant toujours sur la même thématique, à savoir la guerre, le quatuor allemand en profite pour ajouter, dans ce seizième opus, une touche biblique faisant référence à son nom de scène.
Baptisé "Genesis XIX" et arborant un artwork guerrier de toute beauté où l'on voit la colère de Dieu (personnifié en soldat) s'abattre sur Sodome et Gomorrhe selon le livre de la Genèse, cet album tiendra-t-il toutes ses promesses ?

Ayant pris une grosse claque dès la première écoute, j'avoue avoir tardé à rédiger ce papier sur cet album pour le ressentir avec plus de sincérité. Force est de constater qu'après plusieurs passages dans mes oreilles, ce dernier a perdu de sa superbe me procurant un avis mitigé.
Totalement convaincu par le début de la galette et ses deux premiers titres dévastateurs ('Sodom & Gomorrah' et 'Euthanasia'), enchainant juste après l'intro 'Blind Superstition', le titre éponyme coupe l'atmosphère énergique et hargneuse déployée violemment !

Des riffs incisifs et râpeux accompagnés des blast furieux du récent frappeur et du chant rageur presque screamé du leader, le disque tend vers un morceau massif et long à se mettre en place. Positionné trop tôt dans la tracklist, il foudroie l'élan de haine des huit premières minutes qui aurait bien perduré plus longuement !
Heureusement 'Nicht mehr mein Land' et 'Glock 'n' Roll' redonnent de l'énergie au matériel en distillant une mélodie brutale et insidieuse à la sauce Slayer.

Ce regain de vitalité est de courte durée et s'apaise, hélas, avec le trop long 'The Harpooneer'. S'intercalant en milieu d'écoute, il coupe l'engouement retrouvé si bien que l'album a du mal à repartir et à retrouver la dynamique du début. Cette seconde moitié est irrégulière et bien qu'elle déploie de bonnes idées comme en premier lieu, les passages dynamiques de la seconde partie de 'Dehumanized', puis la touche heavy de 'Occult Perpetrator' et enfin le plan old school de 'Indoctrination', elle n'est pas suffisamment inspirée pour palier à cette tracklist en dents de scie.

Convaincu de premier abord et rapidement lassé par une écoute plus approfondie, dont les 55 minutes m'ont paru interminables, "Genesis XIX" ne me laisse pas un souvenir impérissable et ne succède pas brillamment à "Decision Day" bien plus méchant et néfaste. Cependant, quelques titres seront très efficaces en live en espérant que les trois morceaux massifs, de ce nouvel opus, restent en backstage...

Tracklist :
01.Blind Superstition 1:02
02. Sodom & Gomorrah 4:06
03. Euthanasia 3:54
04. Genesis XIX 7:09
05. Nicht Mehr Mein Land 4:29
06. Glock N‘ Roll 5:02
07. The Harponeer 7:10
08. Dehumanized 3:53
09. Occult Perpetrator 4:53
10. Waldo & Pigpen 6:26
11. Indoctrination 3:10
12. Friendly Fire 3:36