VIRULENT DEPRAVITY
Plus d'infos sur VIRULENT DEPRAVITY
Tech Death

Fruit of the Poisoned Tree
Anibal BERITH
Journaliste

VIRULENT DEPRAVITY

«Un groupe de Tech Death de plus sur la scène extrême mais qui est plus Tech que Death, avis mlitigé»

10 titres
Tech Death
Durée: 51 mn
Sortie le 07/04/2017
8823 vues
Originaire de Nashville, Tennessee, Virulent Depravity est un groupe de Tech Death formé en 2015 à l'initiative de Colin Butler (basse, guitare, chant) et de Malcolm Pugh (A Loathing Requiem, Inferi) à la guitare. Vous ajoutez au duo le génial batteur Kevin Paradis (Svart Crown, Mithridatic, Agressor...) et vous obtenez un nouveau venu sur la scène extrême .

S'inspirant de ses homologues du genre (Beyond Creation, First Fragment ou encore Spawn Of Possession), le trio américain délivre une musique très très technique que l'on peut apparenter à du death technique compte tenu des passages violemment blastés et du chant.

10 titres pour convaincre dans un registre assez particulier où l'on peut rapidement se faire prendre au jeu de la technique et d'en arriver à de la démonstration au détriment de l'artistique et de l'ambiance et c'est malheureusement ce que j'ai ressenti ici.

Au delà de la technique et du jeu des musiciens (basse, guitare, chant, batterie) qui sont irréprochables, on se rend compte au fil des chansons que l'on est trop dans la démonstration. Je pense que ce n'est pas voulu mais c'est l'impression que cela donne malgré de nombreuses écoutes.
C'est dû essentiellement aux parties de guitares très denses et notamment à cette envie irrépressible de passer toutes les gammes possibles et imaginables. De plus le travail du son est essentiellement axé sur cet instrument au détriment des autres les rendant secondaires et moins bien audibles.

On note tout de même le jeu de batterie complexe de Kevin Paradis qui réalise à nouveau une prouesse technique hors norme sachant aisément passer d'univers en univers sans grande difficulté.

J'aime beaucoup le chant, bien growlé avec des variations notables faisant presque penser qu'il y a 2 chanteurs ('Serpentine Messiah', 'Mechanized Defilement') ou plus caverneux ('Your Demise') voire plus soutenu ('Fruit of the Poisoned Tree') et même dominateur ('Beyond the Point of No Return').

Musicalement, c'est très bien fait, très mélodique avec quelques titres qui se démarquent et qui sortent de ce noyau répétitif rendant l'album long à écouter. Je pense au lourd et assez instrumental 'Desecrating Eden', le puissant titre éponyme, le plus brut 'Bad Drug' et sa dérive vers quelque chose de plus heavy, le mélancolique 'Only Human' et enfin l'angoissant et jazzy 'Crushed by Futuristic Filth'.

Les autres titres sont moins originaux et ont tendance à se ressembler car ils donnent trop dans les gammes et la variation incessante du rythme les rende complexes pour en ressortir l'essence même de l'ambiance.

Un avis donc assez mitigé sur ce premier essai des américains sans pour autant leur ôter toutes leurs qualités artistiques et techniques mais je n'ai pas réussi à pénétrer leur univers et à comprendre le sens de leur art.

Anibal Berith