FALCONER
Plus d'infos sur FALCONER
Power Metal

From A Dying Ember
Enora
Journaliste

FALCONER

«« From A Dying Ember » est dévoilé dans un contexte très étrange pour Falconer qui a déjà annoncé sa séparation, ce qui se ressent sur cet album en quelque sorte mort-né…»

11 titres
Power Metal
Durée: 46 mn
Sortie le 26/06/2020
286 vues

Après près de vingt ans, Falconer tire sa révérence, comme annoncé par le fondateur Stefan Weinerhall le 11 juin dernier. Dans cet étrange contexte, « From A Dying Ember », le neuvième album (et le quatrième et dernier promis par contrat à Metal Blade Records) du groupe est attendu pour le 26 juin 2020. Plutôt que de se questionner trop longuement afin de déterminer comment considérer la parution de l’opus dans cette situation, entrons dans le vif du sujet !

Assez rapidement, les guitares de Stefan Weinerhall et Jimmy Hedlund emportent les auditeurs dans un univers purement Power sur ‘Kings And Queens’, ce que le chant de Mathias Blad vient d’ailleurs teinter d’un côté old school à double tranchant ; les amateurs du genre dans sa forme la plus traditionnelle s’y retrouveront, et ceux qui cherchent plus d’audace passeront leur chemin. Après cette entrée en matière, nos bardes suédois semblent vouloir proposer quelque chose de plus énergique avec ‘Desert Dreams’, et cela tombe à point nommé ! Très mélodique, ‘Redeem And Repent’ semble malgré tout stagner dans un style ultra-classique et parfois un peu plat.

Quel bonheur d’entendre une autre langue que l’anglais sur la balade Folk ‘Bland Sump och Dy’, dont il serait dommage de se priver. Bien que suivant toujours un schéma plus ou moins identique, ‘Fool’s Parade’ est une chanson qui a un réel charme, en particulier grâce au travail rythmique qui la sous-tend. Douce et folk dans un registre presque médiévale sur son introduction, ‘Garnets And A Gilded Rose’ se dévoile peu à peu comme une chanson plus enlevée qui attise davantage la curiosité par sa composition instrumentale que le reste de l’album.

Alors que le duo basse-batterie, assuré par Magnus Linhardt et Karsten Larsson, assure un travail de qualité sur ‘In Regal Attire’, la performance de Mathias Blad n’est décidément pas assez incarnée pour être à la hauteur de l’énergie déployée par le reste des musiciens. Le piano qui accompagne le chant sur ‘Rejoice The Adorned’ conserve une simplicité rafraîchissante qui joue finalement en faveur de Falconer. L’emballement suscité par ce titre retombe malheureusement aussi vite avec la décevante ‘Testify’. Alors que ‘Thrust The Dagger Deep’ s’ouvrait sous les meilleurs auspices, des claviers terriblement ringards viennent, une nouvelle fois, ternir le titre… La conclusion de « From A Dying Ember », ‘Rapture’, est plus constante et permet de finir sur une note positive et réussie.

Finalement, « From A Dying Ember » souffre de son statut d’album mort-né. Si les compositions sont souvent plutôt intelligentes (bien que parfois trop old school pour être pleinement appréciables), l’engagement, en particulier au niveau du chant, laisse souvent à désirer ; peut être faut-il mettre cela sur la séparation du groupe, qui devait être pressentie parmi les musiciens…